Reconversion professionnelle : devenir sage-femme

Le métier de sage-femme est une profession médicale essentielle, centrée sur la santé reproductive et le bien-être des femmes et des nouveau-nés. Les sages-femmes jouent un rôle crucial tout au long de la grossesse, de l'accouchement et des soins postnatals. Leur mission principale est d'accompagner les futures mères, de surveiller la grossesse, d'assister lors des accouchements et de fournir des soins après la naissance.

Envisager une reconversion pour devenir sage-femme en France est une option particulièrement prometteuse. Avec une analyse approfondie et des chiffres vérifiés, il est évident que ce métier offre de nombreuses opportunités pour ceux qui souhaitent se lancer dans une carrière valorisante et stable.

Le métier de sage-femme

Définition

La sage-femme, également appelée maïeuticien pour les hommes exerçant cette profession, est un praticien médical diplômé, ayant suivi une formation spécifique dans le domaine de la maïeutique. Cette formation couvre des aspects variés allant de la physiologie de la grossesse et de l'accouchement à la prise en charge des complications éventuelles, en passant par les soins postnatals et la santé reproductive en général.

Medicine. Beautiful doctor by the table

Importance et présence tout au long de la vie de la femme

La sage-femme joue un rôle crucial non seulement pendant la grossesse et l'accouchement, mais tout au long de la vie de la femme. Dès l'adolescence, elle peut intervenir pour l'éducation à la santé sexuelle et reproductive, offrant des conseils sur la contraception et la prévention des maladies sexuellement transmissibles. Durant la période de fertilité, elle suit les femmes dans leur désir de grossesse, les accompagne pendant les grossesses et assure un suivi postnatal attentif. En période de ménopause, elle continue à apporter son soutien et ses conseils pour aider à gérer les changements hormonaux et assurer une bonne qualité de vie.

Autonomie et droit de prescription

Les sages-femmes en France bénéficient d'une grande autonomie dans l'exercice de leurs fonctions. Elles ont le droit de prescrire un large éventail de médicaments et d'examens nécessaires au suivi de la grossesse, à la contraception et aux soins postnatals. Elles peuvent également prescrire des dispositifs médicaux, des vaccinations pour la mère et l'enfant, et des rééducations périnéales. Cette autonomie leur permet de prendre en charge de manière complète et indépendante la santé des femmes, améliorant ainsi l'accès aux soins et la qualité de la prise en charge.

Valeur et importance du métier dans le secteur médical

Elles sont les premières interlocutrices des femmes en matière de santé reproductive et maternelle, assurant une continuité des soins et une prise en charge globale. Leur expertise permet de détecter précocement les complications et de prendre des mesures préventives, réduisant ainsi les risques pour la mère et l'enfant. Les sages-femmes contribuent également à la recherche et à l'innovation dans le domaine de la santé périnatale, participant à des programmes de formation et à des initiatives de santé publique. Leur rôle est fondamental pour garantir des accouchements sécurisés, promouvoir la santé maternelle et infantile, et offrir un soutien émotionnel essentiel aux familles.

Les missions de la sage femme

Voici un aperçu des principales missions des sages-femmes :

Compétences et qualités requises pour devenir sage-femme

Compétences Professionnelles Techniques (Hard Skills)

Compétences Transversales (Soft Skills)

Où exerce la sage-femme ?

Les sages-femmes peuvent exercer leur profession dans divers environnements, chacun offrant des perspectives et des défis uniques. Leur polyvalence leur permet de s’adapter à différentes structures de soins, contribuant ainsi à une prise en charge complète et personnalisée des patientes.

Exemple : En France, les maternités de niveau I, II et III offrent des soins adaptés selon le risque obstétrical et néonatal, et les sages-femmes y jouent un rôle central.

Exemple : Les centres de PMI sont particulièrement actifs dans les régions rurales et les quartiers urbains défavorisés, où ils jouent un rôle essentiel dans l’accès aux soins.

Exemple : Un cabinet médical en milieu urbain où la sage-femme travaille en étroite collaboration avec des gynécologues et des médecins généralistes pour offrir des soins intégrés.

Exemple : Une sage-femme libérale qui suit ses patientes à domicile, offrant des soins personnalisés et continus tout au long de la grossesse et du post-partum.

Statistiques :

Avant de se reconvertir : Préparation et conseils

La reconversion professionnelle vers le métier de sage-femme est une décision importante qui nécessite une préparation minutieuse et des conseils avisés. Voici les étapes clés pour bien se préparer à ce changement de carrière.

Importance de l’information préalable

Avant de se lancer dans une reconversion, il est crucial de bien s'informer sur le métier de sage-femme. Comprendre les responsabilités, les conditions de travail, les perspectives d'évolution et les exigences de la formation est essentiel pour s'assurer que cette carrière correspond à vos aspirations et à vos compétences.

Bilan de compétences

Un bilan de compétences est une étape fondamentale pour évaluer vos aptitudes, vos motivations et vos aspirations professionnelles. Il permet de faire le point sur vos compétences actuelles, d'identifier les domaines à améliorer et de définir un projet professionnel réaliste et réalisable.

Consultation avec un Conseiller en Évolution Professionnelle (CEP)

Rencontrer un conseiller en évolution professionnelle (CEP) peut vous aider à clarifier votre projet de reconversion. Le CEP vous offre un accompagnement personnalisé, vous aide à explorer les différentes voies de formation et à élaborer un plan d'action pour réussir votre reconversion.

Séances de Coaching

Le coaching professionnel peut être un outil précieux pour préparer votre reconversion. Un coach vous accompagne dans la définition de vos objectifs, le développement de votre confiance en vous et la mise en place de stratégies pour surmonter les obstacles.

Mobilisation du Réseau Professionnel et Personnel

Mobiliser votre réseau professionnel et personnel est essentiel pour obtenir des informations, des conseils et du soutien. Discuter avec des sages-femmes en exercice, participer à des forums de discussion et assister à des événements professionnels peut vous donner une vision réaliste du métier et des opportunités de carrière.

Témoignages de reconversion

Lire ou écouter des témoignages de personnes ayant réussi leur reconversion en sage-femme peut être très inspirant. Ces témoignages offrent des perspectives sur les défis rencontrés et les stratégies adoptées pour réussir. Ils peuvent également fournir des conseils pratiques et des encouragements pour votre propre parcours.

"Moi, j'ai tendance à dire que ce qui bougera avec une reconversion professionnelle devait bouger à un moment donné. Donc je pense qu'il faut pas avoir peur de ces changements. Pour ce qui est du métier, en fait, je pense qu'à l'époque, j'avais assez bien identifié les choses qui allaient être difficiles, les choses qui allaient me plaire. J'ai mis vraiment les pieds dans le milieu hospitalier, j'ai fait quelques stages en libéral aussi. Le métier est exactement comme je l'avais imaginé. Aussi parce que je m'étais beaucoup renseignée avant et que j'avais eu beaucoup de témoignages. Donc j'ai pas de surprise par rapport à ce que je découvre."

Témoignage de Gabrielle : reconversion sage-femme

Le salaire d'une sage-femme

Le salaire d'une sage-femme en France varie en fonction de plusieurs critères, tels que le mode d'exercice (public ou libéral), l'ancienneté, les primes et indemnités perçues, et la localisation.

Salaire moyen dans le public

  1. Début de carrière : Entre 2 000 € et 2 500 € brut par mois, soit un salaire compris entre 1 500 € et 1 950 € net.
  2. Progression : Le salaire augmente avec l'ancienneté, selon une grille indiciaire définie par la fonction publique. Après 3 ans d'expérience, une sage-femme peut espérer gagner un salaire compris entre 2 300 € et 3 300 € net par mois.

Salaire en libéral

  1. Moyenne : Le salaire net d'une sage-femme libérale se situe entre 2 000 € et 3 000 € par mois.
  2. Variabilité : Le revenu dépend du nombre d'heures de travail, du nombre de patients et du lieu d'exercice.
  3. Potentiel : Il est possible de gagner plus en libéral, mais cela demande de s'installer, de se faire connaître et de gérer son activité.

Facteurs influençant la rémunération

  1. Lieu d'exercice : Les salaires peuvent être plus élevés dans certaines régions, notamment en Île-de-France.
  2. Spécialisation : Certaines spécialités, comme l'échographie ou l'acupuncture, peuvent être plus rémunératrices.
  3. Heures de travail : Les gardes de nuit, les week-ends et les jours fériés sont majorés.
  4. Primes et indemnités : Des primes peuvent être accordées en fonction des résultats, de l'ancienneté ou de la dangerosité du travail.

Sources :

  1. JobTeaser : https://www.glassdoor.fr/salaire/JobTeaser-Salaires-E563377.htm
  2. HelloWork : https://www.glassdoor.fr/Salaires/sage-femme-salaire-SRCH_KO0,10.htm
  3. CIDJ : https://www.cidj.com/metiers/sage-femme
  4. Medelse : https://fr.indeed.com/cmp/Medelse-1/salaries/Infirmier

Évolutions possibles de la sage-femme

Se reconvertir pour devenir sage-femme offre non seulement une carrière enrichissante, mais aussi de nombreuses possibilités d'évolution professionnelle. Voici un aperçu des opportunités qui s'ouvrent aux sages-femmes tout au long de leur carrière.

Accès à des postes de direction

Les sages-femmes peuvent accéder à des postes de direction dans diverses structures de santé et d'accueil de la petite enfance. Ces rôles offrent des responsabilités accrues et la possibilité de jouer un rôle clé dans la gestion et l'organisation des services.

Possibilités de concours et équivalences pour d’autres professions médicales ou paramédicales

Les sages-femmes peuvent envisager des évolutions vers d'autres professions médicales ou paramédicales en passant des concours ou en bénéficiant de dispositifs d'équivalence. Ces options permettent d'élargir leurs compétences et de diversifier leurs carrières.

Formations complémentaires pour une évolution de carrière

La formation continue est une étape importante pour l'évolution de carrière des sages-femmes. Elles peuvent suivre des formations complémentaires pour se spécialiser dans des domaines spécifiques ou pour renforcer leurs compétences en gestion et en leadership.

Financer sa reconversion en sage-femme

Devenir sage-femme en France nécessite de suivre une formation initiale de 5 années après le bac, ce qui correspond au diplôme d'État de sage-femme. Heureusement, plusieurs aides à la reconversion existent :

1. Le Compte Personnel de Formation (CPF)

Accessible à tous les salariés, intérimaires et demandeurs d'emploi.

Permet de financer des formations qualifiantes et certifiantes.

C'est à vous de constituer votre dossier et de faire la demande auprès de votre organisme de formation.

Plus d'informations : https://www.moncompteformation.gouv.fr/espace-prive/html/

2. Le CPF de transition professionnelle

Réservé aux salariés en CDI et intérimaires ayant au moins 12 mois d'ancienneté.

Permet de financer une formation longue (plus de 4 mois) pour se reconvertir.

Un congé rémunéré est possible pour suivre la formation.

Votre employeur ne peut pas s'y opposer.

Plus d'informations : https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/formation-des-salaries/article/projet-de-transition-professionnelle

Qu’est-ce qu’un test de reconversion professionnelle ?

La reconversion professionnelle, sujet qui touche de plus en plus d’actifs en France, marque un véritable tournant dans une carrière professionnelle. Le deuxième Baromètre de la formation et de l’emploi mené par Centre Inffo a ainsi mis en lumière que 20 % des actifs français ont entrepris un processus d’évolution professionnelle en 2021. Cependant, même si la reconversion professionnelle suscite un réel engouement, elle ne constitue pas une démarche toujours simple à mettre en place : elle résulte d’une longue période d’introspection souvent ponctuée de doutes concernant l’avenir de son parcours professionnel. Dans ce contexte, de quelles ressources matérielles et humaines disposons-nous pour nous guider dans cette démarche pleine d’ambition et lever certains questionnements ? 

Découvrez les outils et tests de reconversion professionnelle, leurs usages et leur rôle dans un projet professionnel clairement défini et synonyme de réussite. Apprenez à mieux vous connaître et à identifier vos compétences personnelles, en toute confiance !

Reconversion professionnelle : comment se lancer ?

Prendre du recul et mieux se connaître

Afin de bien lancer sa réflexion et son choix de reconversion professionnelle, il est primordial de savoir prendre du recul et de vous questionner sur vos envies en amont de toute démarche de recherche : 

Cependant, même si ces questions simples peuvent vous guider vers une vie professionnelle plus épanouie, il peut être intéressant d’utiliser divers outils en complément qui dresse une analyse fine de votre personnalité, de votre caractère ou encore de vos motivations. Ces outils sont généralement proposés sous forme de test avec des résultats qui vous guideront vers les métiers les plus adaptés à votre profil. 

Faire des tests de reconversion professionnelle pour orienter son projet d’avenir

L’envie d’entamer une reconversion professionnelle se fait de plus en plus forte, mais vous ne savez pas vers quelle voie ou quel secteur d’activité vous diriger ? Il peut parfois être difficile de trouver le métier idéal ou de comprendre clairement quels sont ses besoins pour être épanoui dans sa vie professionnelle. En ce sens, les tests de reconversion professionnelle peuvent s’avérer une précieuse aide pour vous orienter vers la direction à prendre en fonction des résultats obtenus. 


Ces tests représentent en effet la première étape de votre projet de reconversion professionnelle. Grâce aux résultats générés à l’issue de ces derniers, vous pourrez avoir une vision plus éclairée du marché de l’emploi actuel et des nombreuses possibilités qui s’offrent à vous. Depuis l’obtention de votre bac ou votre dernier diplôme, de nouveaux métiers se sont peut-être développés sans que vous ne le sachiez et pourraient vous convenir. De même, les tests de reconversion professionnelle offrent une vision personnalisée de votre profil en valorisant vos compétences techniques et vos softs skills pour vous proposer une liste de métiers à votre image.

Quels tests de reconversion professionnelle réaliser ?

Saviez-vous qu’il existe plusieurs types de tests de reconversion ? Tout l’enjeu réside dans le fait de trouver le test le plus pertinent selon vos besoins et vos attentes. 

Trouver sa voie grâce à un test métier ou d’orientation

Pour lancer votre projet de reconversion professionnelle, utiliser des outils de tests est indispensable pour vous guider vers un métier, mais aussi pour mesurer votre capacité à intégrer le marché du travail dans le domaine d’activité choisi. Deux tests peuvent vous orienter en vous donnant une liste d’emplois qui pourraient vous plaire : 

Délimiter son profil et son champ de compétences avec un test de personnalité

Pour délimiter au mieux votre profil et mettre en évidence vos différentes aptitudes, le test de personnalité est un outil tout indiqué. Grâce à cela, vos qualités, vos défauts, vos valeurs, vos softs skills et vos motivations seront mis en exergue pour définir un secteur d’activité ou un métier futur. Ces deux tests basés sur la personnalité et le profil de la personne en reconversion professionnelle sont par ailleurs largement utilisés par les équipes de ressources humaines : 

le test d’intelligences multiples : créé par le professeur Gardner, ce test est très utile pour détailler les différentes formes d’intelligence d’un individu. Son importance pour une reconversion professionnelle réside dans le fait que certaines intelligences sont plus compatibles que d’autres avec certains métiers. Il existe huit types d’intelligence, trouver la sienne permettrait alors de trouver plus aisément sa nouvelle voie professionnelle.

Comment faire un test de reconversion professionnelle ?

Quelles sont les solutions pour faire un test de reconversion professionnelle ?

Vous trouverez de nombreux outils en ligne pour faire votre test de reconversion professionnelle. Toutefois, si certains semblent intéressants de par leur gratuité, privilégiez des tests réalisés par des professionnels, notamment au travers d’un bilan de compétences. Ce type de démarche plus poussée vous donnera une vision bien plus globale de votre réussite professionnelle, de vos échecs, de vos compétences, de vos aptitudes et des solutions qui s’offrent à vous. Par ailleurs, lors d’un bilan de compétences, vous bénéficierez d’un suivi personnalisé pour réaliser votre test de personnalité ! 


Sachez aussi que certaines formations peuvent être financées par votre CPF (Compte Personnel de Formation).

S’entourer d’un expert en reconversion pour vous accompagner

Quoi de mieux que de s’entourer d’experts pour vous accompagner dans votre projet de changement de carrière ? Si la reconversion professionnelle vous intéresse, nous vous conseillons de choisir un accompagnement dispensé par un expert dans le domaine pour vous assurer de la bonne compréhension et analyse des résultats obtenus et pour définir au mieux votre profil. 

Vous pouvez solliciter les compétences : 



Pour vous guider tout au long de votre démarche de changement de vie professionnelle, pourquoi ne pas aller à la rencontre d’un public qui a lui aussi déjà sauté le pas de la reconversion ou de participer à des salons ou ateliers spécialisés ? Pour ce faire, inscrivez-vous à l’un de nos salons professionnels : nos experts pourront répondre à toutes vos questions !

Formation et reconversion professionnelle : comment se former efficacement ? 

La reconversion professionnelle constitue un tournant dans la vie d’un salarié ou d’un actif indépendant. Si de nombreuses personnes décident de passer le cap et d’embrasser une vie professionnelle plus épanouie, beaucoup d’entre elles ont choisi de se faire accompagner dans cette démarche ! En effet, la formation est une étape indispensable pour mener à bien son projet de reconversion vers son métier de cœur. D’après le Baromètre de 2021 publié par Centre Inffo, 88% des actifs en France estiment qu’il est nécessaire de se former pour conserver son employabilité.

Il convient alors de savoir comment vous former efficacement, comment trouver le bon centre de formation et comment adapter ce changement à votre rythme de vie pour vous lancer dans votre démarche de reconversion ! Profession’L vous dévoile ses meilleurs conseils pour une transition professionnelle réussie grâce à la formation ! 

Renseignez-vous sur les formations disponibles pour une reconversion

Faire une formation pour exercer dans le secteur d’activité souhaité

Envie d’occuper un poste dans le secteur du management, de la communication, du marketing digital, de la vente, de l’informatique et bureautique, de la transition énergétique, de la fonction commerciale ou encore d’exercer un poste d’auxiliaire de vie ou d’agent immobilier ? Tous ces métiers nécessitent le plus souvent d’obtenir un diplôme ou de suivre une formation. Il convient alors de se renseigner dans un premier temps des différentes solutions possibles en termes de formations pour le secteur souhaité et le métier ciblé. 

Par ailleurs, sachez qu’aujourd’hui les secteurs les plus plébiscités sont le marketing, l’informatique et les métiers du digital comme community manager : il peut être intéressant de se tourner vers un secteur porteur pour assurer une reconversion professionnelle pleine de succès ! 

Faire un bilan de compétences pour définir son projet professionnel

Le dispositif le plus utilisé pour lancer sa formation et sa reconversion professionnelle est le bilan de compétences. Outil incontournable, le bilan de compétences peut être financé par le CPF (Compte Personnel de Formation) et permet de prendre du recul sur son parcours, son profil, ses compétences et son projet professionnel. Cette démarche est fortement conseillée puisque vous serez accompagné par un coach qui vous délivrera, à la fin du bilan, une synthèse personnelle avec les étapes à suivre pour mener à bien votre reconversion. Par ailleurs, la question de la formation et des métiers ciblés sera évoquée et vous aurez même peut-être déjà sélectionné avec votre coach un centre de formation en adéquation avec votre projet de reconversion professionnelle.

Se renseigner sur les organismes de formation et sur les diplômes reconnus

Saviez-vous que des organismes publics et privés peuvent dispenser des formations professionnelles ? Si les organismes publics de formation sont agréés par l’État, ces derniers permettent d’être financés par certains dispositifs. D’autre part, les organismes de formation publics délivrent un diplôme d’État, ce qui n’est pas le cas de tous les organismes privés. Sachez qu’il convient de toujours vérifier que le diplôme soit reconnu par l’État, mais aussi reconnu par les professionnels et les entreprises du secteur choisi.

Pour vous assurer de la qualité du centre choisi et de la formation qui sera délivrée, vous pouvez poser des questions au responsable de formation : 

Adaptez votre formation à votre rythme de vie pour un apprentissage sans embûche !

Trouvez une formation adaptée à votre capacité de financement

Entamer une démarche de changement de carrière professionnelle n’est pas chose aisée et de nombreux aspects doivent être pris en compte afin d’assurer une formation efficace, notamment l’aspect financier 

Répondre aux questions autour du financement de la formation conditionne grandement votre réussite de reconversion professionnelle dans le secteur souhaité.


Sachez que de nombreux dispositifs existent pour financer une partie ou la totalité d’une formation, comme le CPF, ou pour maintenir un salaire égal à celui perçu en tant que salarié, avec le PTP (Projet de Transition Professionnelle). De plus, saviez-vous qu’il est possible de se former en entreprise tout en ayant une rémunération ? Il s’agit de faire de l’alternance, de participer à une formation Pôle Emploi ou encore de faire une VAE (Validation des Acquis de l’Expérience).

Trouvez une formation adaptée à votre emploi du temps

Se former au métier dans le secteur d’activité souhaité pour concrétiser son projet professionnel nécessite une organisation bien rodée et un emploi du temps compatible avec les créneaux de formations en centres. Toutefois, certaines situations peuvent être difficilement compatibles avec une formation en présentiel : maintien du travail dans son entreprise pour avoir un salaire, vie de famille ou centre de formation trop éloigné du domicile. Cependant, votre projet de reconversion professionnelle ne doit pas être repoussé à cause de contraintes d’emploi du temps ! 

À l’air du digital, se reconvertir devient en effet plus simple : certains centres de formation et écoles ont pris en compte ces problématiques et proposent maintenant des formations en ligne afin de bénéficier de formations accessibles à distance ! Nous vous conseillons alors de choisir une formation en adéquation avec votre planning pour éviter tout stress supplémentaire et à défaut de vous tourner vers une solution en ligne : les entreprises qui recrutent ne feront aucune différence entre ces diplômes !

Étendez votre réseau lors de votre formation pour une meilleure reconversion professionnelle

Profitez de votre formation en cours pour agrandir votre réseau professionnel

Vous avez passé le cap et commencez une formation dans le secteur qui vous intéresse ? Nous vous invitons à étendre votre réseau pendant cette période propice aux échanges de connaissances et de compétences ! Les formations en présentiel seront davantage adaptées, mais vous pouvez aussi former votre réseau professionnel en suivant une formation professionnelle en ligne : 

En effet, certaines entreprises recrutent des salariés avant même la fin de la formation et l’obtention du diplôme nécessaire pour occuper le poste : l’anticipation est donc la clé d’une reconversion bien menée ! 

Participez à des salons professionnels pour vous former au métier souhaité


La formation au métier choisi peut aussi passer par l’apprentissage auprès d’autres professionnels. En effet, vous pouvez apprendre par des échanges, poser des questions sur les métiers ciblés ou discuter avec des professionnels sur les formations qu’ils ont suivies. Lors d’une reconversion professionnelle, tous les conseils sont bons à prendre et peuvent être utiles pour guider votre projet. En ce sens, nous vous invitons à vous inscrire en ligne à l’un de nos salons professionnels. Nos experts sauront vous guider et répondre à vos questions concernant la reconversion professionnelle : une solution formatrice qui permet aussi de se constituer un premier réseau professionnel !

Comment réussir son bilan de compétences en 6 étapes ?

Le bilan de compétences est un dispositif d’accompagnement qui permet au salarié de faire une rétrospective de sa vie professionnelle et personnelle afin de dégager des compétences et savoir-faire qui lui seront utiles pour son avenir professionnel. Le bilan de compétences est utile et très prisé : les demandes de financement ont explosé en 2021 enregistrant une hausse de plus 63% en un an. Cette démarche constitue un réel enjeu pour le salarié ou le demandeur d’emploi : analyse des compétences, des aptitudes, des motivations et définition d’un projet professionnel ou d’un projet de formation qui fait sens avec les aspirations et les valeurs du bénéficiaireLe bilan de compétences s’impose comme l’un des piliers essentiels de la reconversion professionnelle tant il est utile pour se découvrir soi-même et pour ouvrir le champ des possibles afin d’atteindre son objectif dans sa nouvelle quête professionnelle. 

Découvrez avec Profession’L toutes les étapes pour réussir votre bilan de compétences

1. Avant l’introspection, choisir le bon moment pour faire son bilan de compétences

Faire un bilan de compétences est une démarche qui implique de s’accorder du temps et de s’investir pleinement afin de préparer son projet professionnel au mieux. Il convient alors d’éviter d’entamer un bilan de compétences si les événements s’enchaînent avec un rythme soutenu sur le plan personnel ou professionnel. Privilégiez un moment plus calme, quitte à poser des congés pour faire votre bilan de compétences. 

Par ailleurs, afin de bien préparer votre bilan de compétences, sachez que vous allez devoir vous questionner et réfléchir à ce qui vous pousse réellement à le réaliser. Vous allez chercher quelles sont vos motivations profondes et vos aspirations pour le futur. Pour les personnes en manque de confiance en elles, cette démarche peut s’avérer compliquée. En effet, votre consultant reviendra sur tout votre parcours, y compris vos difficultés ou vos échecs pour pouvoir cerner votre profil au mieux.

2. Trouver un bon organisme de formation pour réaliser le bilan de compétences

Sélectionnez plusieurs centres pour y effectuer votre bilan de compétences

Le bilan de compétences est un processus important qui requiert une bonne expertise pour le mettre convenablement en place. Pour vous assurer de choisir un centre de qualité qui travaille de façon professionnelle, nous vous conseillons de choisir un centre de bilan de compétences certifié Qualiopi : les seuls à être autorisés à proposer des bilans de compétences depuis le premier janvier 2022. Ces centres certifiés Qualiopi sont trouvables sur la liste publique des organismes de formation consultable en ligne.

Par ailleurs, saviez-vous que le bilan de compétences peut être financé par votre CPF (Compte Personnel de Formation) ? Financez une partie ou la totalité de votre bilan de compétences avec votre CPF, et ce, en fonction du solde qu’il vous reste. Pour assurer sa prise en charge par le CPF, la certification Qualiopi est obligatoire ! 

Choisissez un centre qui vous convient

Afin de suivre parfaitement le bilan de compétences, nous vous conseillons de trouver sur le site du CPF un centre proche de chez vous et qui convient à votre rythme de vie ou de travail. Vous pouvez ainsi choisir : 

De plus, pour vous aider dans votre choix, nous vous conseillons de regarder les avis sur Internet ou de demander l’avis de personnes ayant déjà effectué un bilan de compétences. Sachez enfin que certains centres assurent aussi un suivi pendant quelques mois après la remise de votre synthèse personnelle : un plus dans l’accompagnement de la réalisation de votre projet professionnel !

3. Faire un entretien préalable pour valider son choix : la phase préliminaire du bilan de compétences

Afin de valider définitivement votre choix, nous vous conseillons de faire la demande d’un entretien préalable : un échange souvent gratuit et non engageant avec votre potentiel consultant. L’objectif de cette phase préliminaire est multiple. Il vous permet en effet : 

Cette étape est cruciale puisqu’elle permet de rassurer le salarié ou demandeur d’emploi et de cadrer la démarche du bilan de compétences. Assurez-vous donc que ce premier rendez-vous instaure une relation de confiance qui laissera facilement place à la discussion lors des rendez-vous à venir. Une fois votre organisme choisi et passé cet entretien préalable, vous allez devoir faire part de votre engagement matérialisé par un contrat signé avec l’organisme de formation. 

4. La phase d'investigation : identifier ses compétences et savoir-faire

La phase d’investigation est la plus importante et demande le plus d’investissement de votre part si vous souhaitez réussir votre bilan de compétences. Durant cette étape le formateur vous accompagnera lors d’entretien individuel soit pour vous aider à construire votre projet professionnel et vérifier sa faisabilité, soit pour réfléchir à d’autres champs d’actions et alternatives. Généralement les séances s’organisent sur plusieurs semaines, pour une durée de deux à trois heures par entretien et à raison de 5 à 8 séances. 

Dans un premier temps, il faudra pouvoir vous livrer à votre formateur pour retracer votre parcours professionnel, pour apprendre sur vous, sur votre vécu et pour comprendre les raisons de vos difficultés passées. Le but est d’arriver à comprendre vos besoins pour atteindre un épanouissement professionnel. 

Par ailleurs, afin de réussir votre bilan de compétences, nous vous conseillons aussi de bien suivre les exercices, travaux personnels et tests que votre formateur vous demandera d’effectuer : 

5. La conclusion du bilan de compétences

Lors de la dernière séance, votre formateur doit pouvoir vous présenter les résultats détaillés de la phase d’investigation de votre bilan de compétences. Il doit aussi vous fournir une synthèse personnelle recensant les moyens à utiliser ou les étapes à suivre pour vous lancer dans votre nouveau projet professionnel. Cette conclusion vous sera d’une grande aide pour concrétiser votre projet.

6. Passer à l’action après le bilan de compétences avec Profession’L

Vous êtes désormais armé pour préparer votre nouveau projet professionnel et vous détenez toutes les cartes en main : vous connaissez vos points forts, vos compétences techniques, vos softs-skills et votre coach vous a fourni votre synthèse personnelle reprenant les actions à mener pour réaliser votre projet. 

La phase de mise en place de son projet professionnel n’est pas une démarche à prendre à la légère et nécessite en prise d’informations ainsi qu’en temps de réflexion. En ce sens, nous vous invitons à vous entourer de professionnels pouvant vous guider. Pour cela, participez à nos salons professionnels et n’hésitez pas à questionner ceux qui ont déjà eu recours au bilan de compétences pour parfaire leur démarche de reconversion !

Dans quel secteur d’activité se reconvertir ?

La reconversion professionnelle est une pratique de plus en plus fréquente aujourd’hui et marque un tournant crucial dans une vie professionnelle. Le baromètre publié en 2021 par Centre Inffo indique que 27 % des actifs en France envisagent de faire une reconversion professionnelle. Changer de métier n’est pas anodin et demande un long moment d’introspection et de réflexion afin de mettre en place le meilleur plan de reconversion possible. C’est en ce sens qu’il convient de se renseigner sur les secteurs d’activités qui recrutent et sur les compétences à avoir pour exercer dans ces branches de métier. En effet, faire des recherches vous permettra de vous faire une idée de la faisabilité de votre projet ou de trouver l’inspiration en étudiant les secteurs plébiscités par les autres personnes qui ont déjà sauté le pas de la reconversion professionnelle !

Découvrez avec Profession’L les cinq secteurs d’activités qui ont su conquérir le cœur des Français lors de leurs reconversions professionnelles ! 

Comment trouver le bon secteur d’activité pour sa reconversion ?

Faire un bilan de compétences

Si certains savent déjà vers quel secteur d’activité se tourner, d’autres ont besoin d’un accompagnement pour se découvrir ou pour appuyer leur décision. Vous pouvez par exemple commencer votre projet de reconversion par un bilan de compétences. Cette démarche vous permet de faire une introspection, d’observer vos réussites et vos échecs dans le monde du travail afin d’en apprendre plus sur votre profil. Grâce à certains tests de personnalité ou à des exercices de mise en pratique, le formateur pourra vous guider et vous faire prendre conscience des qualités, des compétences techniques ou des softs skills que vous possédez sans en avoir peut-être conscience. En apprendre davantage sur vous est une base indispensable pour construire un nouveau projet professionnel tourné vers vos besoins, vos envies et vos véritables valeurs. 

Se poser les bonnes questions pour trouver sa voie

Se poser des questions sur ses passions et ce que l’on aimerait véritablement faire est une bonne base de travail pour découvrir vers quel métier ou quel secteur d’activité se tourner. Vous pouvez par exemple répondre à ces questions simples : 

Ces questions doivent vous guider vers un secteur d’activité ou bien même un métier précis pour atteindre l’épanouissement au travail ! 

Rencontrer des professionnels

Si vous avez une idée concernant un secteur d’activité en particulier, mais désirez vous assurer de la validité de votre choix, nous vous conseillons de poser vos questions à des personnes exerçant dans le secteur visé. Pour cela, vous pouvez vous tourner vers votre entourage, mais également vers des salons professionnels. En effet, participer à ce genre d’événement vous permettra de vous constituer un premier réseau de contacts. Vous pourrez poser vos questions, en savoir plus sur les missions réelles du métier, sur les responsabilités liées au poste, sur la formation à suivre ou encore sur les compétences requises. L’objectif est d’avoir une meilleure connaissance du métier ou du secteur afin d’affiner votre choix.

Quels sont les secteurs d’activités qui attirent le plus de monde ?

L’informatique : un secteur qui recrute et qui attire

En 2022 l’informatique attire 14% actifs désireux de faire une reconversion professionnelle selon le site MaFormation. Vous aimez les nouvelles technologies, la maintenance, le référencement, la gestion de données ou de parcs informatiques ? Ce secteur en pleine croissance est sûrement fait pour vous ! De plus, de nombreuses offres d’emploi sont disponibles, notamment dans des métiers spécialisés en lien avec l’actualité. Des entreprises offrent des postes de développeur informatique, de responsable ou d’expert en cybersécurité, de Web designer, de technicien informatique ou encore de data analyst

Par ailleurs, si vous souhaitez effectuer votre reconversion professionnelle dans le secteur de l’informatique, sachez qu’il vous suffira d’effectuer une formation de quelques mois éligible au CPF. Vous pouvez aussi faire un stage de longue durée ou une formation en alternance pour en apprendre plus sur le secteur avant de vous lancer dans votre nouveau métier. 

L’artisanat : les métiers manuels recrutent encore !

Vous avez comme projet de carrière professionnelle de vous reconvertir dans l’artisanat ? Sachez que les métiers manuels sont de plus en plus prisés et attiraient en 2020 15% des personnes voulant se reconvertir dans une nouvelle carrière professionnelle. Du BTP aux métiers de bouche, vous trouverez sûrement le poste de vos rêves dans l’artisanat. Vous pouvez ainsi devenir menuisier, boulanger, électricien, coiffeur, mécanicien, maçon, etc.

Par ailleurs, vous n’avez pas besoin d’avoir le bac pour proposer votre candidature à ces postes, cependant vous devrez suivre une formation certifiante ou faire un CAP spécialisé dans le métier désiré pour pouvoir exercer dans le secteur de l’artisanat. 


Enfin il est important de noter que certaines formations peuvent être éligibles au CPF : renseignez-vous sur les solutions de financement de la reconversion professionnelle.

Le secteur de la santé et de l’aide à la personne : un domaine qui recrute

Pour votre reconversion professionnelle, avez-vous pensé au secteur de la santé ou de l’aide à la personne ? Une carrière dans la santé ou le social peut être très enrichissante et épanouissante pour ceux qui veulent se sentir utiles en venant en aide aux personnes fragiles, malades, âgées ou encore en situation de handicap. De nombreux métiers existent dans le domaine de la santé : infirmier, secrétaire médical, ambulancier, aide-soignant ou encore agent de service hospitalier. Pour ce qui est de l’aide à la personne, les opportunités ne manquent pas non plus et vous pourrez par exemple occuper un poste en tant qu’auxiliaire de vie.

Les métiers du numérique et du digital : un secteur d’avenir

Les métiers du digital sont en vogue ces dernières années. Si vous souhaitez trouver un emploi dans le domaine du digital, nul doute que vous trouverez à la suite d’une formation le poste de vos rêves. En effet, ce secteur d’activité offre une très grande diversité de carrières professionnelles possibles, car les entreprises d’aujourd’hui cherchent à être dans l’air du temps et à s’entourer de personnes capables de manier à la perfection la communication digitale, les subtilités d’Internet, la gestion de données et bien d’autres compétences encore. Vous trouverez aisément des postes pour les métiers suivant : 

L’enseignement : considéré par beaucoup comme le plus beau métier du monde !

L’enseignement est un secteur qui peine à recruter : 4 000 postes d’enseignants auraient été laissés vacants aux concours de 2022 ! De nombreux salariés choisissent de se reconvertir dans l’enseignement, soit en faisant un master MEEF (Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation) pour devenir professeur, soit en suivant une formation financée par le CPF pour travailler dans le secteur de la petite enfance. Les qualités à avoir pour exercer ces métiers sont la bienveillance, la patience et bien évidemment la pédagogie. 

Pour une reconversion sans fausse note, inscrivez-vous à l’un de nos salons professionnels en ligne. Nos experts pourront vous guider et répondre à vos questions sur les formations ou sur tout autre sujet concernant votre projet de reconversion ou de carrière professionnelle.

Reconversion : quel métier est fait pour moi ?

Quel métier choisir pour une reconversion professionnelle ?

Perte de motivation, stress, faible perspective d’évolution de carrière : la vie professionnelle n’est pas toujours un long fleuve tranquille ! Selon une étude France Compétences menée en 2021, 25% des salariés ou indépendants du secteur privé ont déclaré avoir entrepris une reconversion professionnelle ces 5 dernières années. 

Votre décision est prise ! Vous souhaitez entreprendre les démarches pour vous reconvertir, mais vous ne savez pas quel métier est fait pour vous ni comment savoir avec certitude le secteur dans lequel vous vous épanouirez. Métier d’avenir, métier passion, secteur d’activité qui recrute ou entreprise en voie de développement : comment choisir ?


Découvrez avec Profession’L quelques astuces pour en découvrir davantage sur vous-même et sur vos aspirations afin de trouver le métier de vos rêves et réussir votre reconversion professionnelle !

Se poser les bonnes questions au sujet de sa reconversion professionnelle

Quelles sont mes conditions de travail idéales ?

Pour savoir quel métier est fait pour vous, vous devez dans un premier temps savoir quelles sont vos conditions de travail idéales ! En prenant appui sur votre expérience, il s’agit tout d’abord de déterminer ce que vous voulez ou ne voulez plus dans votre futur emploi. Pour cela, réalisez un tableau ou une liste répertoriant tous les points positifs et tous les points négatifs liés : 

N’hésitez pas à établir une liste des critères sur lesquels vous n’êtes pas prêt de transiger pour votre futur emploi en entreprise ! 

Quels sont les métiers qui m’attirent ?

Quand les conditions de travail que vous souhaitez sont bien définies, il convient ensuite de se questionner sur les métiers, les secteurs ou encore l’environnement de travail qui vous attirent. Demandez-vous également quels sont vos domaines de prédilection ou ce qui vous passionnait étant plus jeune : un retour en enfance peut considérablement aider à faire le point sur ses aspirations réelles. Si vous avez une ou plusieurs idées en tête, consultez des fiches métier, questionnez des professionnels et récoltez plusieurs avis afin d’être sûr que ce poste correspond à vos critères.

Métier d’avenir ou métier passion : de quoi ai-je envie ?

La question du métier passion ou métier d’avenir doit se poser et relève d’un choix personnel : tout dépend de vos envies ! Pour exercer un métier qui vous passionne, sachez que vous devrez inévitablement faire des concessions et accepter certaines contraintes. Si vous avez toujours rêvé de travailler dans la restauration et de devenir cuisinier, il vous faudra par exemple accepter de sacrifier beaucoup de soirées et de week-end pour exercer votre profession. 


Si vous voulez davantage de stabilité, d’évolution et de sécurité pour votre futur emploi, choisissez davantage un métier d’avenir dans un domaine en pleine expansion qui recrute de nouveaux professionnels.

Quels sont les métiers qui recrutent ?

Avant de commencer une formation ou toute autre démarche en vue d’exercer un métier qui vous attire, commencez par vous renseigner sur l’avenir de ce secteur d’activité et sur ses possibilités d’évolution. Dans le cas d’une reconversion, mieux vaut s’orienter vers des métiers prometteurs et qui recrutent massivement de nouveaux salariés. Vouloir exercer un métier qui vous passionne ou qui vous convient est une bonne chose, mais assurez-vous qu’il y ait des opportunités de recrutement pour éviter de vous retrouver au chômage au moment de votre reconversion ! Le site de pôle emploi met à disposition des candidats une liste complète et actualisée des métiers et des secteurs qui recrutent le plus. Il s’agit par exemple du domaine de l’informatique, du numérique et du digital, du bâtiment, de l’immobilier ou encore du tourisme.

Apprendre à mieux se connaître pour trouver un métier adapté à son profil

Le bilan de compétences

Le bilan de compétences est une étape clé dans la recherche du métier idéal dans le cas d’une reconversion professionnelle. Il permet de dresser un bilan de votre situation personnelle et professionnelle pour vous donner des pistes de réorientation adaptées à votre profil ! Durant cet entretien réalisé par un professionnel de l’emploi, vous déterminerez vos besoins et ferez le point sur vos motivations, vos expériences, vos soft-skills (qualités humaines) et vos hard-skills, les compétences à valoriser dans le milieu professionnel. Cet accompagnement dispensé en centre va vous permettre d’identifier des pistes de réorientation ou une formation pertinente pour votre projet professionnel et de cibler des secteurs pour trouver un métier adapté à votre profil et dans lequel vous serez pleinement épanoui. 


Analyser votre personnalité, votre carrière et vos compétences vous sera ainsi d’une aide précieuse ! Sachez que le bilan de compétences est éligible au CPF (Compte Personnel de Formation), n’hésitez pas à en profiter pour financer votre reconversion professionnelle !

Le test d’orientation professionnelle

Le test d’orientation professionnelle est un autre outil indispensable qu’il convient d’utiliser pour définir un projet professionnel durable et solide. Son objectif est de proposer une sélection de métiers, d’activités ou de perspectives d’évolution à l’individu en reconversion. Les suggestions de poste sont adaptées à ses critères, ses expériences et ses motivations. Vous pouvez réaliser ce test en ligne ou bien vous rendre chez un spécialiste dans un centre dédié ! 

Le test de personnalité

Se reconvertir nécessite d’avoir une grande connaissance de soi, de ses traits de personnalités, de sa façon d’interagir ou de son savoir-être dans le monde de l’entreprise : c’est là tout l’intérêt de réaliser un test de personnalité ! Ne négligez pas cet aspect, une personne sociable ne s’épanouira pas nécessairement dans le même métier ni dans le même domaine d’activité qu’un individu plus réservé. 

Si vous êtes extravertie, les métiers de la vente seront par exemple une bonne option tandis que si vous aimez diriger, endosser le rôle de chef, de manager ou de responsable d’une équipe commerciale marketing vous conviendra beaucoup mieux !  

Se faire accompagner pour bien choisir sa reconversion professionnelle

Les organismes et les plateformes de l’emploi

Pour trouver l’emploi idéal qui répond à toutes vos exigences, des coachs professionnels ou des organismes peuvent vous accompagner dans votre démarche. Pôle emploi a ainsi mis en place un accompagnement gratuit dans la construction du projet professionnel de conversion appelée CEP (Conseil en Évolution Professionnelle). N’hésitez pas à vous inscrire sur des plateformes comme Indeed ou Welcome in the Jungle qui recensent de nombreuses offres d’emploi. Ces sites vous permettront de trouver plus facilement un poste dans une entreprise adaptée à votre profil, vos compétences et vos centres d’intérêt. 

Trouver l’emploi idéal grâce aux salons Profession’L

Vous êtes à la recherche du métier idéal dans lequel vous épanouir pleinement ? Nous avons la solution pour vous : participez à l’un des salons Profession’L dédiés à l’évolution et à la reconversion professionnelle.

Présents dans différentes villes, ces événements rassemblent de nombreux professionnels dans le but de vous accompagner dans votre processus de reconversion et dans la quête de l’emploi idéal ! Vous pourrez bénéficier d’un accompagnement personnalisé avec l’un des nombreux coachs certifiés présents sur le salon et profiter ainsi de précieux conseils pour la suite de vos recherches. Nous faciliterons également votre prise de contact avec de nombreuses entreprises qui recrutent et des experts qui pourront vous aider dans votre démarche de recherche d’emploi !

Se reconvertir facilement dans une voie qui vous convient, c’est possible grâce aux équipes Profession’L : ne tardez plus à vous inscrire à nos prochains salons ! 

Comment se reconvertir sans perte de salaire ?

Changer de métier n’est pas anodin et provoque de nombreux bouleversements, tant dans la vie professionnelle que dans la vie personnelle. La reconversion peut se caractériser par un changement de poste, de secteur d’activité, de conditions de travail ou encore de rémunération. Toutefois, malgré ces nombreux bouleversements, cette envie de donner plus de sens à sa vie professionnelle en entamant une reconversion est partagée par de nombreux Français. En effet, d’après le baromètre publié par Centre Inffo en janvier 2021, 20% des actifs en janvier 2021 préparaient leur reconversion professionnelle et 27% des actifs y pensaient fortement

Cependant, si la formation ou la reconversion sont signe de nouveau départ, ils sont aussi synonyme de coût : il convient donc de se questionner sur les sujets pratiques tels que le maintien d’une rémunération pendant le processus de reconversion ou encore la rémunération de la formation professionnelle. 

Découvrez sans plus attendre nos meilleurs conseils pour une reconversion sans embûche et sans perte de salaire ! 

Trouver une solution pour se reconvertir sans perte de salaire

La crainte de perdre son salaire ou d’avoir des difficultés financières ne doit pas freiner votre envie de reconversion. Néanmoins, il est primordial de prendre en compte ces changements afin de trouver une solution optimale pour la réalisation de votre projet. En effet, malgré cette mutation de carrière professionnelle, il faut pouvoir continuer à payer vos factures, vos charges et maintenir le même train de vie pour subvenir à vos besoins.

Trouver une solution pour une reconversion sans perte de salaire vous garantira une sécurité financière et une sérénité pendant cette période de bouleversements.

Les meilleures solutions pour se reconvertir tout en gardant un salaire

Anticiper la reconversion et mettre de l’argent de côté

La reconversion nécessite d’avoir un revenu ou des financements pour suivre des formations, notamment si vous voulez maintenir votre salaire. Lors de votre période de réflexion, nous vous conseillons d’anticiper votre future reconversion en plaçant de l’argent sur un compte épargne. Le montant économisé constituera un complément utile pendant votre recherche d’un futur emploi afin de couvrir des frais éventuels ou de financer votre formation. Si cette solution ne permet pas d’avoir un revenu aussi conséquent qu’un salaire sur la durée, elle aide néanmoins à maintenir un minimum de fonds en cas de besoin. 

2 Suivre des formations tout en étant salarié et en conservant son emploi

Saviez-vous que 48% des Français envisageaient de suivre une formation au cours de l’année 2021 ? La formation est le moyen idéal de se préparer à exercer un nouveau métier, de changer de secteur d’activité, ou simplement d’amorcer sa reconversion professionnelle avec davantage de compétences et de connaissances pour exercer le métier visé.

Pour pouvoir suivre une formation sans risquer de voir votre salaire s’amoindrir, nous vous conseillons de conserver votre emploi dans votre entreprise actuelle, et ce, le plus longtemps possible, c’est-à-dire jusqu’au moment d’exercer votre nouvel emploi. Tout en exerçant votre métier, vous pourrez participer à des formations en ligne en dehors de vos heures de travail. Dans certains cas, il est même possible de le faire sur votre temps en entreprise ou encore sur vos périodes de congés. Ainsi vous serez toujours rémunéré tout en vous formant ! 

3 Se tourner vers les aides et dispositifs de financement pour garder une rémunération

Saviez-vous que plusieurs aides à la reconversion professionnelle sont disponibles pour vous accompagner dans votre projet ? Les aides peuvent vous aider à financer votre formation et dans certains cas vous assurer le maintien de votre salaire !

Le Compte Personnel de Formation (CPF)

Le CPF ou Compte Personnel de Formation est un dispositif mis en place depuis 2015 qui a pour rôle de financer des formations professionnelles et d’indiquer à tout travailleur ses droits pour les réaliser.

Le CPF fonctionne selon le principe de crédits cumulés : le compte est alimenté à hauteur de 500 € chaque année travaillée à temps plein, dans une limite de 5 000 € cumulés, ou 8 000 € selon certains cas particuliers. Le solde du CPF peut ensuite être mobilisé en totalité ou partiellement pour financer votre formation de reconversion ou un bilan de compétences. Le CPF est accessible à tous les actifs ou demandeurs d’emploi de plus de 16 ans et peut se consulter en ligne depuis le site web du CPF.


L’avantage majeur de ce dispositif est que si vous êtes salarié et que vous souhaitez suivre une formation avec le CPF pendant vos heures de travail, vous serez toujours rémunéré : il vous faudra alors rentrer dans le cadre du PTP ou Projet de Transition Professionnelle.

Le Projet de Transition Professionnelle (PTP)

Le Projet de Transition Professionnelle, ou CPF de transition, est un dispositif qui encourage les salariés à entreprendre des démarches de reconversion. Ce système est adapté aux personnes souhaitant maintenir leur rémunération tout en se formant ! En effet, suivant les conditions d’accès et avec l’accord de l’employeur, le salarié peut bénéficier d’une formation longue tout en percevant une rémunération égale à son salaire moyen de référence. 

4 Suivre une formation rémunérée pour mettre en place sa reconversion

Saviez-vous que vous pouvez suivre certaines formations tout en percevant une rémunération ? Voici les processus à mettre en oeuvre pour se former tout en conservant un salaire : 

Sachez enfin que la VAE peut entrer dans le cadre du dispositif de reconversion ou promotion par l’alternance (PRO A) : il s’agit de bénéficier d’une formation en alternance pour se former tout en garantissant le maintien de sa rémunération et de sa protection sociale.

Préparer sa reconversion professionnelle

Si la perte de salaire, la formation ou la reconversion sont pour vous un sujet de préoccupation, nous vous conseillons de vous tourner vers des professionnels de la reconversion ! Nous vous proposons des ateliers et des salons pour vous aider à trouver des réponses concernant votre projet d’avenir professionnel. Avec Profession’L, faites de votre reconversion un véritable succès ! 

Les signaux qui montrent qu’il est temps de changer de travail !

Après plusieurs mois ou années passés au sein de la même entreprise, nombreux sont les salariés à entamer une phase d’introspection et de remise en question professionnelle. La motivation et l’investissement dans les tâches confiées au travail sont au cœur des préoccupations majeures des actifs en emploi. Cette reconsidération relative au travail exercé prend racine dans la quête de sens et le partage des valeurs de l’entreprise qui, lorsqu’ils font défaut, mènent inéluctablement le salarié dans une période de doutes et de revendications. Si ce phénomène est tout sauf nouveau, il n’a de cesse de croître. Une étude Factorial réalisée en octobre 2021 en partenariat avec l’institut de sondage OpinionWay, a en effet révélé que plus d’un tiers des Français ont perdu tout sens dans leur activité professionnelle ces deux dernières années.


Face à ce constat, changer de travail se présente parfois comme la seule alternative. Si les raisons d’opérer un changement professionnel sont nombreuses, certains signes ne trompent pas ! Manque de motivation, stagnation professionnelle, valeurs aux antipodes de l’entreprise et tant d’autres : découvrez 6 bonnes raisons de changer de travail !

1. Votre métier vous ennuie profondément

Motivation en berne, désintérêt profond ou sentiment d’être dans une impasse professionnelle : vous présentez tous les symptômes de l’ennui au travail. Connaissez-vous le “bore-out” ? Le phénomène, que l’on peut traduire par “ennui professionnel », est loin d’être isolé : une étude Qapa menée en 2019 révèle que 63% des Français s’ennuient au travail. L’ennui professionnel se manifeste consécutivement à :

Le mal-être qui résulte du “bore out” peut conduire à un désinvestissement progressif dans le travail plaçant le salarié dans des situations qui pourraient lui être préjudiciables : erreurs d’inattention, procrastination, non-réalisation des missions confiées.

2. Vous ne partagez pas les valeurs de votre entreprise

Les valeurs d’une entreprise constituent son ADN. Elles se révèlent dans les méthodes de management des équipes d’encadrement, dans les stratégies déployées au quotidien, mais également dans la manière de considérer les individus. Essentielles pour fédérer et donner du sens au travail réalisé, elles sont le reflet de l’identité de toute société. Pourtant, face aux difficultés ou sans aucune raison apparente, ces valeurs peuvent être amenées à évoluer, dans le bon, comme dans le mauvais sens. Il peut alors se produire une certaine inadéquation entre l’employé et l’entreprise dans laquelle il mène sa carrière professionnelle, remettant ainsi en question l’intégrité même du salarié. Peuvent en résulter : 

3. Vous manquez de reconnaissance de la part de vos employeurs

Seule une personne sur quatre déclare obtenir suffisamment de reconnaissance au travail selon une étude Moodwork menée en mars 2022. Comment un employé peut-il parvenir à trouver un sens à son activité professionnelle lorsqu’il ne retire aucun mérite de son dur labeur ? Le manque de considération au travail induit un véritable désengagement de la part du salarié et met en exergue les méthodes de management inadaptées de l’entreprise. Un fort sentiment de démotivation et une baisse de productivité de l’employé en sont les premiers signaux et peuvent à terme dégénérer en troubles plus profonds tels que la dépression ou le burn-out notamment chez les femmes.

4. Votre travail est source de stress

Surcharge de travail, changements inattendus constants, désorganisation interne à l’entreprise : votre métier engendre chez vous un stress quotidien ? L’Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) définit le stress au travail comme une situation pour laquelle “une personne ressent un déséquilibre entre ce qu’on lui demande de faire dans le cadre professionnel et les ressources dont elle dispose pour y répondre”. Si celui que l’on appelle communément le bon stress permet de se dépasser et d’accroître ses performances, le mauvais stress génère, quant à lui, des symptômes parfois graves, comme :

5. L’environnement de votre entreprise ne vous convient plus

Vous avez l’impression de manquer de liberté, d’être réprimé dans vos prises d’initiatives ou vous ne trouvez simplement plus d’adéquation entre vos organisations professionnelle et personnelle ? L’environnement dans lequel vous exercez votre métier a toute son importance. Il a trait au confort dans votre bureau, à vos conditions de travail, à vos relations avec vos collègues et votre employeur, mais également à votre organisation de vie. Votre demande de télétravail a été refusée, votre aménagement d’horaires a avorté ou votre matériel de bureau ne sera pas changé malgré son caractère défectueux ? Si votre hiérarchie n’accède à aucune de vos requêtes ou ne motive pas ses refus, il est peut-être grand temps de changer de travail et d’entreprise !

6. Votre métier n’offre aucune perspective d’évolution de carrière

Il n’y a dans votre entreprise aucune ouverture de poste ou perspective d’évolution, ni de revalorisation de salaire : vous avez le sentiment d’être dans une impasse professionnelle. Vous avez l’impression d’avoir fait le tour de votre métier et de déployer des efforts en vain pour obtenir une promotion qui n’arrivera jamais. Si vous avez déjà abordé ce point par le passé avec votre employeur lors d’entretiens annuels et qu’aucune solution telle qu’une formation, une promotion ou un changement de poste n’a été envisagée, le moment est peut-être venu d’opérer un changement professionnel. 

Comment changer de travail ?

C’est décidé, vous souhaitez changer de travail, mais vous ne savez pas par où commencer ! La première étape, et non des moindres, consiste à dresser une liste de ce que vous voulez, mais surtout de ce que vous ne voulez plus pour votre futur emploi. Ainsi, vous entreverrez assez naturellement les différentes options qui s’offrent à vous :

Cette décision vous appartient, vous seul savez quel projet professionnel a le plus de chance d’aboutir selon votre motivation. Opérer une transition dans le monde du travail ne s’opère pourtant pas à la va-vite. Il vous faudra reconsidérer certains aspects de votre vie pour être en accord avec votre décision, avant même de vous lancer dans les démarches. Pour y voir plus clair et obtenir de précieux conseils pour votre projet, vous pouvez réaliser un bilan de compétences en mobilisant le solde de votre CPF (Compte Personnel de formation) ou vous rapprocher d’experts en reconversion professionnelle : coach, agence spécialisée. Le monde des possibles s’ouvre à vous : à vous de jouer ! Afin de vous aider, nous avons créé le top 10 des métiers pour femmes en vogue pour 2024.

À quel âge peut-on se reconvertir ?

Si les anciennes générations avaient tendance à considérer que l’on choisit sa carrière pour la vie, la réalité se charge chaque jour un peu plus de nous démontrer le contraire. En effet, les changements d’orientation professionnelle se multiplient toujours davantage. Ils touchent en majorité les 25-34 ans, qui représentent 64% des personnes ayant entamé ou envisageant une reconversion professionnelle, d’après une enquête web réalisée par BVA en 2021. Cependant, la fréquence en hausse des reconversions professionnelles en France n’a que peu d’incidence sur les difficultés qu’une telle décision engendre pour certains. 

Qu’elle soit initiée dans le cadre d’un licenciement, à la suite d’un choix personnel ou même par défaut, la reconversion professionnelle n’est pas une démarche que l’on entreprend à la légère et certains critères peuvent parfois nous retenir dans la prise de décision. L’âge fait partie de ces critères décisifs, mais est-ce justifié ? 

À quel âge peut-on se reconvertir ? Profession’L vous livre des éclaircissements sur la question. 

Pour quelles raisons entamer une reconversion professionnelle ?

On n’entame pas un processus de reconversion professionnelle sans avoir une ou plusieurs bonnes raisons de le faire ! Selon votre âge, ces raisons peuvent varier et s’additionner les unes aux autres. Ainsi, vous pouvez décider de quitter votre poste actuel parce que :

Changer de métier quand on est jeune professionnel

Pourquoi se reconvertir entre 20 et 35 ans ?

Entamer une reconversion professionnelle quand on n’a que peu, voire pas d’expérience professionnelle peut sembler étonnant pour certains, alors que la tranche des 20-35 ans est justement la plus touchée par le phénomène de la reconversion. En effet, le manque d’expérience, mais aussi la facilité à se détacher d’un milieu dans lequel on vient seulement d’arriver, permettent parfois de changer d’orientation professionnelle rapidement. Une première expérience qui se déroule mal, une orientation mal ciblée lors du cursus scolaire, une nouvelle opportunité qui vient d’apparaître : ces raisons peuvent mener un jeune professionnel à se tourner vers un autre métier. 

Quels avantages vous confère votre jeune âge lors d’une reconversion professionnelle ?

Fraîchement arrivée dans le monde du travail, une personne jeune a davantage de facilité à se détourner du secteur professionnel qu’elle avait choisi au départ pour se diriger vers un autre. Les études ne sont pas loin derrière elle et retourner en formation pour se former à un autre métier est loin d’être insurmontable. Le marché de l’emploi, bien qu’il valorise l’expérience professionnelle et les parcours scolaires rapidement suivis d’un emploi, reste toujours ouvert aux jeunes arrivants. Si votre projet nécessite une formation complémentaire, pensez à vous documenter sur les revenus auxquels vous avez droit pendant votre reconversion professionnelle.


La jeunesse laisse toute latitude de se lancer dans un nouveau projet avant d’avoir “pris racine” dans une voie qui ne vous intéresse finalement pas assez. L’énergie disponible, votre liberté et vos capacités d’apprentissage encore intactes sont autant de facteurs qui permettent de changer de direction rapidement : profitez-en !

Faire une reconversion professionnelle quand on a entre 35 et 45 ans

Pour quelles raisons se reconvertir quand on a la quarantaine ?

En plus des causes déjà évoquées, certaines autres peuvent être plus spécifiques à cette tranche d’âge, comme un ennui prolongé dans un poste dont on pense avoir fait le tour, une curiosité prononcée pour un autre métier, des collègues que l’on ne supporte plus, ou encore la fameuse “crise de la quarantaine”. Entre 35 et 45 ans, selon le temps que vous avez déjà passé à votre poste, vous pouvez estimer avoir gagné une solide expérience et vouloir changer de métier. En effet, de nombreuses années de travail vous attendent encore avant la retraite et vous pouvez choisir de les passer dans un secteur totalement différent de celui dans lequel vous avez fait vos armes !

Les avantages à se reconvertir lorsque l’on est dans cette tranche d’âge

Se lancer dans un changement de carrière à 40 ans, c’est avoir derrière soi une certaine expérience tout en ayant encore devant soi de belles perspectives d’évolution et d’amélioration. Les recruteurs sont nombreux à valoriser l’expérience professionnelle et en aucun cas vous ne devez percevoir votre âge comme une barrière, bien au contraire ! La motivation qui vous anime dans votre changement de vocation, les hard skills comme les soft skills que vous avez développées lors de vos premières expériences professionnelles sont autant de qualités à mettre en avant lors des entretiens d’embauche que vous passerez.

La reconversion professionnelle passé 50 ans

Pourquoi se reconvertir quand on a la cinquantaine ?

Lorsque l’on a atteint 50 ans, quelques années nous séparent encore de la retraite : si l’on choisit de changer de voie avant que celle-ci n’arrive, c’est souvent pour une bonne raison ! Il peut notamment s’agir d’un projet que vous avez en tête depuis longtemps et que vous n’avez jamais eu l’occasion de mettre en œuvre. Ou bien, à l’approche de la retraite, vous ne vous voyez tout simplement pas terminer votre carrière dans le secteur où vous êtes restés tout au long de votre vie professionnelle.

Quels avantages lors d’une reconversion professionnelle pour la tranche des 50 ans et plus ?

À 50 ans, vous avez désormais une expérience professionnelle assez longue et vous avez acquis un certain nombre de connaissances et de compétences techniques : à vous de les mettre en avant ! Il existe certains domaines où la préférence d’un recruteur ira naturellement vers un concurrent plus jeune, mais c’est loin d’être une norme ! Et surtout, vous avez peut-être envie de devenir votre propre patron ! Maintenant que vous savez dans quelles conditions vous voulez travailler, le moment est bien choisi pour démarrer votre propre activité. Votre stabilité financière vous permet notamment de vous lancer plus facilement dans l’aventure et de financer votre formation.

Vers quel métier se reconvertir ?

Parfois, on sait exactement ce que l’on veut faire et dans ce cas il ne reste plus qu’à mettre tout en œuvre pour parvenir à ce but déjà défini. Mais il arrive aussi que l’on entame une reconversion seulement parce que la situation professionnelle précédente n’était plus viable, pour quelque raison que ce soit. Dans ce cas, il est possible de ne pas savoir avec précision vers quel métier se tourner

Vous pouvez choisir un nouveau métier selon vos compétences ou plutôt selon vos préférences. Certains secteurs, bien plus porteurs que d’autres, ont bien plus de postes à pourvoir : à vous de déterminer la branche professionnelle qui vous plaît le plus ! 


Dans tous les cas, effectuer un bilan de compétences est une étape qui peut vous permettre d’y voir plus clair et d’identifier plus facilement vos forces et les secteurs dans lesquels elles trouveraient un emploi. Pensez aussi à consulter vos droits à la formation sur votre Compte Personnel de Formation (CPF) pour profiter d’une remise à niveau ou d’un apprentissage complet dans des disciplines qui pourraient être profitables ou nécessaires à votre nouvelle activité !

Se faire accompagner par des professionnels de la reconversion

Vous avez du mal à y voir clair dans les différentes options de reconversion professionnelle qui s’offrent à vous ? Vous pouvez choisir de vous faire accompagner dans votre projet par des professionnels de la reconversion. Vous y gagnerez en sérénité et trouverez sans doute des idées nouvelles sur la façon d’envisager la question !

À quels revenus ai-je droit pendant ma reconversion professionnelle ?

C’est décidé, vous allez entamer une reconversion professionnelle et quitter votre emploi actuel ! Vous n’êtes pas seul dans ce cas : l’étude du CSA de 2022 sur la formation et l’emploi indique qu’un actif sur cinq est actuellement en train de préparer une reconversion professionnelle. Un bouleversement d’une telle ampleur suscite parfois une légitime appréhension ainsi qu’un certain nombre de questionnements. Parmi celles-ci, le financement de la reconversion professionnelle occupe une place de choix : peut-on parvenir à se former pour changer de profession tout en conservant un revenu stable ? Il existe aujourd’hui un certain nombre de dispositifs et d’aides accessibles à toute personne souhaitant opérer un changement de carrière. 


À quels revenus pouvez-vous prétendre pendant votre reconversion professionnelle ? Si vous êtes salarié ou en recherche d’emploi, les solutions disponibles ne seront pas les mêmes. Profession’L vous explique tout sur les différentes options qui s’offrent à vous !

Le Compte Personnel de Formation vous veut du bien !

Qu’est-ce que le Compte Personnel de formation ?

Le Compte Personnel de Formation, ou CPF, est un système mis en place en 2015 qui permet à tout salarié de gagner des droits à la formation au cours de ses années d’activité. Cumuler des droits à la formation ne demande aucune action spécifique de la part de l’employé. C’est lorsque celui-ci décide de faire un bilan de compétences ou de suivre une formation que ce solde est mobilisé, totalement ou partiellement. On peut utiliser ses droits à la formation :

En quelle mesure le CPF peut-il aider à financer une reconversion professionnelle ?

Le dispositif du CPF permet à chaque salarié d’alimenter son compte à hauteur de 500 € par année de travail, dans le cas d’un emploi à temps plein. Si l’employé est d’un niveau jugé “peu qualifié”, à savoir détenteur d’un CAP ou d’un BEP, ce solde passe à 800 € par an. Quand le salarié suit une formation pendant un congé de transition professionnelle, il continue d’être payé par son employeur à hauteur de 100 % de son salaire, si celui-ci n’excède pas une somme équivalente à deux SMIC. Si en revanche l’employé a un salaire supérieur à cette limite préétablie : 

Le Plan de Développement des Compétences pour élargir ses domaines d’expertise

Fonctionnement du Plan de Développement des Compétences

Le Plan de Développement des Compétences, ou PDC permet de suivre une formation tout en restant employé de son entreprise. L’élaboration d’un PDC peut être décidée par l’entreprise, mais un salarié peut aussi prendre l’initiative d’y participer. Dans les deux cas, un accord bilatéral est nécessaire et la formation doit être en lien avec la fonction exercée.

La rémunération du salarié pendant le PDC

Les formations suivies durant le PDC ne sortent pas du cadre du contrat de travail : à ce titre, la rémunération du salarié reste la même. À la fin de la formation, celui-ci réintègre son poste, ou bien un emploi de salaire et de compétence égaux ou supérieurs au poste précédemment occupé.

Maîtrisez d’autres champs de compétence avec la Promotion par alternance

Qu’est-ce que la Promotion par alternance ?

La Promotion par alternance, appelée “Pro-A”, a pour but de fournir aux salariés en CDI les compétences nécessaires pour changer de métier ou de secteur professionnel. Ce dispositif propose aux employés un système de formation par alternance pour acquérir un diplôme, un certificat ou de nouvelles expertises utiles à l’obtention d’un tout nouveau poste. L’employeur, tout comme le salarié, peut être à l’initiative de cette mesure de formation, dont la durée va de 6 à 12 mois.

La Promotion par alternance est-elle rémunérée ?

Le salarié est toujours rémunéré pendant le dispositif Pro-A, puisqu’il ne sort pas du cadre du contrat de travail. Attention cependant : la formation peut être suivie sur les heures de travail ou en dehors de ce temps. Dans le deuxième cas, elle n’est alors plus rémunérée.

Comment financer sa reconversion professionnelle quand on n’est pas salarié ?


S’il est plus aisé de financer sa reconversion professionnelle en occupant toujours le poste que l’on souhaite quitter, il est également possible de bénéficier d’aides pour suivre des formations en tant que demandeur d’emploi.

1. Pensez d’abord à l’Aide de Retour à l’Emploi Formation (AREF)

Fonctionnement de l’AREF

L’Aide de Retour à l’Emploi Formation vient financer une formation validée par Pôle Emploi sous 3 conditions :

Quel est le montant de l’AREF ?

Le montant de l’AREF est le même que celui de l’ARE, qu’il vient remplacer pendant la formation. Attention : on ne peut toucher l’AREF que dans la limite de durée des droits de l’ARE. Si une formation excède cette durée, elle ne donne plus droit à l’AREF. Enfin, il est à noter que l’AREF est imposable.

2. La Rémunération de Fin de Formation vient à la suite de l’AREF

Si votre formation n’est pas terminée, mais que vos droits à l’AREF arrivent à leur terme, il est possible d’obtenir la Rémunération de Fin de Formation, ou RFF, sous condition de suivre une formation jugée “qualifiante” par Pôle Emploi, qui concerne un métier dans un secteur dit “en tension”. 

Le montant de la RFF est égal au montant journalier de l’AREF, avec un plafond de 685 € par mois. Comme dans le cas de l’AREF, cette aide est imposable.

3. Effectuez une formation rémunérée par Pôle Emploi avec l’Action de Formation Préalable au Recrutement

L’Action de Formation Préalable au Recrutement, ou AFPR, est un contrat passé entre le demandeur d’emploi, Pôle Emploi et un employeur. Les aides à la formation sont versées à l’employeur, qui s’engage à embaucher ensuite le demandeur d’emploi en CDD pour une durée de 6 à 12 mois. Le demandeur d’emploi continue, quant à lui, de percevoir les aides de Pôle Emploi pendant toute la durée de la formation.

Il existe un contrat similaire pour une promesse d’embauche d’une durée de 12 mois ou plus, appelé Préparation Opérationnelle à l’Emploi Individuelle, ou POE I.

4. La Rémunération des Formations Pôle Emploi pour ceux qui ne sont pas indemnisés

Même sans toucher de rémunération de la part de Pôle Emploi, il est possible d’être indemnisé en suivant une formation reconnue par la structure avec la Rémunération des Formations Pôle Emploi, ou RFPE. Le montant, qui varie de 200 € à 685 € par mois, est calculé de la même manière que celui de l’AREF.

5. Aide exceptionnelle à la formation

Jusqu’au 31 décembre 2022, Pôle Emploi propose une aide exceptionnelle aux personnes commençant une formation même s’ils n’ont pas travaillé les 12 mois requis durant les 15 mois précédant le début de la formation. Le montant de cette aide est de 1000 € : la première moitié est versée le premier mois de la formation et la seconde au terme de celle-ci.

Avez-vous pensé à vous faire accompagner ?

Le choix d’une reconversion professionnelle est tout sauf anodin et il entraîne des changements importants. La question du financement de votre reconversion, si elle est essentielle, n’est peut-être pas la seule qui occupe votre esprit ! Pourquoi ne pas choisir un accompagnement personnalisé pour votre reconversion professionnelle pour ne rater aucune opportunité dans votre changement de carrière ?