logo professionL
Blog
>
Reconversion professionnelle : devenir sage-femme

Reconversion professionnelle : devenir sage-femme

Date de publication : 27 mai 2024 

Le métier de sage-femme est une profession médicale essentielle, centrée sur la santé reproductive et le bien-être des femmes et des nouveau-nés. Les sages-femmes jouent un rôle crucial tout au long de la grossesse, de l'accouchement et des soins postnatals. Leur mission principale est d'accompagner les futures mères, de surveiller la grossesse, d'assister lors des accouchements et de fournir des soins après la naissance.

Envisager une reconversion pour devenir sage-femme en France est une option particulièrement prometteuse. Avec une analyse approfondie et des chiffres vérifiés, il est évident que ce métier offre de nombreuses opportunités pour ceux qui souhaitent se lancer dans une carrière valorisante et stable.

Le métier de sage-femme

Définition

La sage-femme, également appelée maïeuticien pour les hommes exerçant cette profession, est un praticien médical diplômé, ayant suivi une formation spécifique dans le domaine de la maïeutique. Cette formation couvre des aspects variés allant de la physiologie de la grossesse et de l'accouchement à la prise en charge des complications éventuelles, en passant par les soins postnatals et la santé reproductive en général.

Medicine. Beautiful doctor by the table

Importance et présence tout au long de la vie de la femme

La sage-femme joue un rôle crucial non seulement pendant la grossesse et l'accouchement, mais tout au long de la vie de la femme. Dès l'adolescence, elle peut intervenir pour l'éducation à la santé sexuelle et reproductive, offrant des conseils sur la contraception et la prévention des maladies sexuellement transmissibles. Durant la période de fertilité, elle suit les femmes dans leur désir de grossesse, les accompagne pendant les grossesses et assure un suivi postnatal attentif. En période de ménopause, elle continue à apporter son soutien et ses conseils pour aider à gérer les changements hormonaux et assurer une bonne qualité de vie.

Autonomie et droit de prescription

Les sages-femmes en France bénéficient d'une grande autonomie dans l'exercice de leurs fonctions. Elles ont le droit de prescrire un large éventail de médicaments et d'examens nécessaires au suivi de la grossesse, à la contraception et aux soins postnatals. Elles peuvent également prescrire des dispositifs médicaux, des vaccinations pour la mère et l'enfant, et des rééducations périnéales. Cette autonomie leur permet de prendre en charge de manière complète et indépendante la santé des femmes, améliorant ainsi l'accès aux soins et la qualité de la prise en charge.

Valeur et importance du métier dans le secteur médical

Elles sont les premières interlocutrices des femmes en matière de santé reproductive et maternelle, assurant une continuité des soins et une prise en charge globale. Leur expertise permet de détecter précocement les complications et de prendre des mesures préventives, réduisant ainsi les risques pour la mère et l'enfant. Les sages-femmes contribuent également à la recherche et à l'innovation dans le domaine de la santé périnatale, participant à des programmes de formation et à des initiatives de santé publique. Leur rôle est fondamental pour garantir des accouchements sécurisés, promouvoir la santé maternelle et infantile, et offrir un soutien émotionnel essentiel aux familles.

Les missions de la sage femme

Voici un aperçu des principales missions des sages-femmes :

  • Préparation à l'accouchement et à la parentalité : Les sages-femmes organisent et animent des séances de préparation à l'accouchement et à la parentalité. Ces sessions permettent aux futurs parents de se préparer physiquement et psychologiquement à l'arrivée de leur enfant. Elles incluent des informations sur le déroulement de l'accouchement, les techniques de relaxation, la gestion de la douleur et les soins à apporter au nouveau-né.
  • Surveillance et suivi médical de la grossesse : Tout au long de la grossesse, les sages-femmes assurent un suivi médical régulier. Elles réalisent des consultations prénatales pour surveiller la santé de la mère et du fœtus, prescrire et interpréter des examens médicaux (échographies, analyses sanguines, etc.), et donner des conseils sur l'hygiène de vie et la nutrition.
  • Surveillance du travail et de l'accouchement : Lors de l'accouchement, les sages-femmes surveillent le travail et assistent la parturiente. Elles pratiquent des accouchements normaux, identifient et gèrent les complications éventuelles, et veillent à la sécurité et au bien-être de la mère et du nouveau-né.
  • Soins post-accouchement à la mère et à l'enfant : Après la naissance, les sages-femmes continuent de suivre la santé de la mère et de l'enfant. Elles offrent des soins postnatals, aident à l'allaitement, surveillent les suites de couches, et fournissent des conseils sur les soins du nourrisson.
  • Rééducation Périnéo-Sphinctérienne : Les sages-femmes peuvent réaliser des séances de rééducation périnéale pour aider les femmes à retrouver un bon tonus musculaire après l'accouchement, prévenant ainsi les troubles liés à la faiblesse du plancher pelvien.
  • Suivi gynécologique de prévention : En dehors de la grossesse, les sages-femmes peuvent effectuer des suivis gynécologiques de prévention. Elles réalisent des examens de routine, des frottis cervicaux pour dépister les infections et les anomalies, et assurent un suivi de la santé reproductive des femmes.
  • Prescription de contraception : Les sages-femmes sont habilitées à prescrire des contraceptifs adaptés aux besoins des patientes, qu'il s'agisse de pilules, de dispositifs intra-utérins (DIU), d'implants, ou de méthodes naturelles.
  • Échographie obstétricale et gynécologique : Certaines sages-femmes, formées spécifiquement, peuvent pratiquer des échographies obstétricales et gynécologiques pour surveiller le développement du fœtus et détecter des anomalies éventuelles.
  • Réalisation d’IVG médicamenteuses : Les sages-femmes peuvent également prendre en charge des interruptions volontaires de grossesse (IVG) médicamenteuses, en assurant le suivi médical et psychologique des patientes.
  • Vaccinations de la femme et du nouveau-né : Les sages-femmes peuvent administrer des vaccins à la femme enceinte, à la mère et au nouveau-né, contribuant ainsi à la prévention des maladies infectieuses.
  • Prévention des addictions : Les sages-femmes jouent un rôle clé dans la prévention des addictions en informant et en conseillant les femmes enceintes sur les risques liés à la consommation de tabac, d'alcool et de drogues.
  • Assistance médicale à la procréation : Elles peuvent également intervenir dans le cadre de l'assistance médicale à la procréation (AMP), en participant à la préparation et au suivi des traitements de fertilité.
  • Soins prescrits en cas de grossesse pathologique : En cas de grossesse pathologique, les sages-femmes assurent une surveillance rapprochée et coordonnent les soins nécessaires en collaboration avec d'autres professionnels de la santé.
  • Possibilité de pratiquer l'ostéopathie ou l'acupuncture : Certaines sages-femmes, ayant suivi des formations spécifiques, peuvent offrir des soins complémentaires tels que l'ostéopathie ou l'acupuncture pour améliorer le bien-être des patientes et gérer les douleurs.

Compétences et qualités requises pour devenir sage-femme

Compétences Professionnelles Techniques (Hard Skills)

  • Connaissances en biologie, anatomie, physiologie, gynécologie obstétrique : La sage-femme doit avoir une solide compréhension de la biologie, de l'anatomie et de la physiologie féminine, ainsi que des principes de la gynécologie obstétrique. Ces connaissances sont fondamentales pour suivre efficacement la grossesse et gérer l'accouchement.
  • Techniques d’examen clinique, Suivi de Grossesse, Accouchement, Post-Partum : Elle doit maîtriser les techniques d'examen clinique, la surveillance fœtale, les procédures d'accouchement et les soins postnataux. Cette expertise permet d'assurer une prise en charge complète et sécurisée des patientes.
  • Pratique de gestes techniques : Les sages-femmes doivent être compétentes dans la réalisation de gestes techniques tels que les épisiotomies, les sutures, et l'administration de médicaments, garantissant ainsi des soins appropriés en toutes circonstances.
  • Connaissance des situations pathologiques : Elles doivent être capables d'identifier et de gérer les complications médicales pouvant survenir pendant la grossesse, l'accouchement et le post-partum, en reconnaissant rapidement les signes de pathologies.
  • Interprétation des examens médicaux : L'interprétation correcte des examens médicaux tels que les échographies, les analyses sanguines et les tests de diagnostic est essentielle pour suivre l'évolution de la grossesse et prendre les décisions médicales appropriées.

Compétences Transversales (Soft Skills)

  • Écoute, Empathie, Communication : La capacité à écouter attentivement et à communiquer de manière claire et empathique avec les patientes et leurs familles est cruciale. Cela permet de créer un lien de confiance et de répondre aux besoins émotionnels et psychologiques des femmes.
  • Création d’un Climat de Confiance : La sage-femme doit être capable de créer un environnement rassurant et de confiance, ce qui est essentiel pour le bien-être des patientes et pour les aider à se sentir à l’aise et en sécurité.
  • Pédagogie, Patience : Éduquer et conseiller les futures mères et les jeunes parents nécessite de la patience et des compétences pédagogiques. Il est important de pouvoir expliquer clairement les aspects de la grossesse, de l'accouchement et des soins postnataux.
  • Rigueur, Organisation, Gestion du Stress : La gestion des dossiers médicaux complexes, le respect des protocoles et la capacité à travailler de manière méthodique sont essentiels. De plus, la capacité à gérer le stress et à rester calme sous pression est indispensable, surtout dans les situations d'urgence.
  • Adaptabilité, Sens des Responsabilités : Les sages-femmes doivent être flexibles et capables de s'adapter à des situations variées et à des environnements de travail différents. Elles doivent également avoir un fort sens des responsabilités pour prendre les décisions appropriées dans des moments cruciaux.
  • Qualités Humaines
  • Rassurante, Chaleureuse, Diplomate : Les qualités humaines telles que la chaleur, la diplomatie et la capacité à rassurer les patientes sont essentielles pour établir une relation de confiance et offrir un soutien émotionnel.
  • Résistance Physique et Psychologique : La profession peut être physiquement et émotionnellement exigeante. Les sages-femmes doivent avoir une bonne endurance physique pour supporter les longues heures de travail et la capacité de gérer les défis psychologiques inhérents au suivi de la grossesse et à l'accouchement.

Où exerce la sage-femme ?

Les sages-femmes peuvent exercer leur profession dans divers environnements, chacun offrant des perspectives et des défis uniques. Leur polyvalence leur permet de s’adapter à différentes structures de soins, contribuant ainsi à une prise en charge complète et personnalisée des patientes.

  • Cliniques Privées et Hôpitaux : Les cliniques privées et les hôpitaux publics sont les lieux d'exercice traditionnels des sages-femmes. Dans ces établissements, elles travaillent souvent au sein d’équipes pluridisciplinaires, collaborant avec des obstétriciens, des pédiatres, des anesthésistes et d'autres professionnels de santé. Elles y assurent des suivis de grossesse, des accouchements, des soins postnatals et gèrent des situations d'urgence obstétricale.

Exemple : En France, les maternités de niveau I, II et III offrent des soins adaptés selon le risque obstétrical et néonatal, et les sages-femmes y jouent un rôle central.

  • Centres de PMI et planification familiale : Les sages-femmes peuvent également travailler dans des centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI) et des centres de planification familiale. Dans ces structures, elles fournissent des services de prévention et de suivi aux femmes et aux enfants, notamment des consultations prénatales, des conseils en contraception, des suivis postnatals et des vaccinations.

Exemple : Les centres de PMI sont particulièrement actifs dans les régions rurales et les quartiers urbains défavorisés, où ils jouent un rôle essentiel dans l’accès aux soins.

  • Cabinets médicaux et de gynécologie : Certaines sages-femmes exercent dans des cabinets médicaux ou de gynécologie, souvent en partenariat avec d'autres praticiens. Elles y effectuent des suivis de grossesse, des consultations gynécologiques de prévention, des frottis cervicaux et des conseils en contraception.

Exemple : Un cabinet médical en milieu urbain où la sage-femme travaille en étroite collaboration avec des gynécologues et des médecins généralistes pour offrir des soins intégrés.

  • Exercice en libéral : cabinet privé, consultations à domicile, maisons de santé : De plus en plus de sages-femmes choisissent d’exercer en libéral. Elles peuvent ouvrir leur propre cabinet, offrir des consultations à domicile ou travailler dans des maisons de santé pluridisciplinaires. L'exercice en libéral permet une grande flexibilité et une proximité renforcée avec les patientes.

Exemple : Une sage-femme libérale qui suit ses patientes à domicile, offrant des soins personnalisés et continus tout au long de la grossesse et du post-partum.

  • Tendance de la profession : statistiques et évolution : Le métier de sage-femme connaît une évolution notable, influencée par les changements démographiques et les politiques de santé publique. La demande pour les sages-femmes est en constante augmentation en raison du vieillissement de la population et de la hausse du nombre de naissances. Ce métier est placé à la première place de notre classement des 10 métiers porteurs pour les femmes en 2024.

Statistiques :

  • Selon le Ministère de la Santé, il manquait environ 2 500 sages-femmes en France en 2023.
  • Le besoin en sages-femmes est estimé à 10 000 supplémentaires d'ici 2030.
  • Le nombre d’offres d’emploi pour les sages-femmes est en constante augmentation, avec plus de 2 000 offres recensées par Pôle Emploi en 2023.

Avant de se reconvertir : Préparation et conseils

La reconversion professionnelle vers le métier de sage-femme est une décision importante qui nécessite une préparation minutieuse et des conseils avisés. Voici les étapes clés pour bien se préparer à ce changement de carrière.

Importance de l’information préalable

Avant de se lancer dans une reconversion, il est crucial de bien s'informer sur le métier de sage-femme. Comprendre les responsabilités, les conditions de travail, les perspectives d'évolution et les exigences de la formation est essentiel pour s'assurer que cette carrière correspond à vos aspirations et à vos compétences.

Bilan de compétences

Un bilan de compétences est une étape fondamentale pour évaluer vos aptitudes, vos motivations et vos aspirations professionnelles. Il permet de faire le point sur vos compétences actuelles, d'identifier les domaines à améliorer et de définir un projet professionnel réaliste et réalisable.

Consultation avec un Conseiller en Évolution Professionnelle (CEP)

Rencontrer un conseiller en évolution professionnelle (CEP) peut vous aider à clarifier votre projet de reconversion. Le CEP vous offre un accompagnement personnalisé, vous aide à explorer les différentes voies de formation et à élaborer un plan d'action pour réussir votre reconversion.

Séances de Coaching

Le coaching professionnel peut être un outil précieux pour préparer votre reconversion. Un coach vous accompagne dans la définition de vos objectifs, le développement de votre confiance en vous et la mise en place de stratégies pour surmonter les obstacles.

Mobilisation du Réseau Professionnel et Personnel

Mobiliser votre réseau professionnel et personnel est essentiel pour obtenir des informations, des conseils et du soutien. Discuter avec des sages-femmes en exercice, participer à des forums de discussion et assister à des événements professionnels peut vous donner une vision réaliste du métier et des opportunités de carrière.

Témoignages de reconversion

Lire ou écouter des témoignages de personnes ayant réussi leur reconversion en sage-femme peut être très inspirant. Ces témoignages offrent des perspectives sur les défis rencontrés et les stratégies adoptées pour réussir. Ils peuvent également fournir des conseils pratiques et des encouragements pour votre propre parcours.

"Moi, j'ai tendance à dire que ce qui bougera avec une reconversion professionnelle devait bouger à un moment donné. Donc je pense qu'il faut pas avoir peur de ces changements. Pour ce qui est du métier, en fait, je pense qu'à l'époque, j'avais assez bien identifié les choses qui allaient être difficiles, les choses qui allaient me plaire. J'ai mis vraiment les pieds dans le milieu hospitalier, j'ai fait quelques stages en libéral aussi. Le métier est exactement comme je l'avais imaginé. Aussi parce que je m'étais beaucoup renseignée avant et que j'avais eu beaucoup de témoignages. Donc j'ai pas de surprise par rapport à ce que je découvre."

Témoignage de Gabrielle : reconversion sage-femme

Le salaire d'une sage-femme

Le salaire d'une sage-femme en France varie en fonction de plusieurs critères, tels que le mode d'exercice (public ou libéral), l'ancienneté, les primes et indemnités perçues, et la localisation.

Salaire moyen dans le public

  1. Début de carrière : Entre 2 000 € et 2 500 € brut par mois, soit un salaire compris entre 1 500 € et 1 950 € net.
  2. Progression : Le salaire augmente avec l'ancienneté, selon une grille indiciaire définie par la fonction publique. Après 3 ans d'expérience, une sage-femme peut espérer gagner un salaire compris entre 2 300 € et 3 300 € net par mois.

Salaire en libéral

  1. Moyenne : Le salaire net d'une sage-femme libérale se situe entre 2 000 € et 3 000 € par mois.
  2. Variabilité : Le revenu dépend du nombre d'heures de travail, du nombre de patients et du lieu d'exercice.
  3. Potentiel : Il est possible de gagner plus en libéral, mais cela demande de s'installer, de se faire connaître et de gérer son activité.

Facteurs influençant la rémunération

  1. Lieu d'exercice : Les salaires peuvent être plus élevés dans certaines régions, notamment en Île-de-France.
  2. Spécialisation : Certaines spécialités, comme l'échographie ou l'acupuncture, peuvent être plus rémunératrices.
  3. Heures de travail : Les gardes de nuit, les week-ends et les jours fériés sont majorés.
  4. Primes et indemnités : Des primes peuvent être accordées en fonction des résultats, de l'ancienneté ou de la dangerosité du travail.

Sources :

  1. JobTeaser : https://www.glassdoor.fr/salaire/JobTeaser-Salaires-E563377.htm
  2. HelloWork : https://www.glassdoor.fr/Salaires/sage-femme-salaire-SRCH_KO0,10.htm
  3. CIDJ : https://www.cidj.com/metiers/sage-femme
  4. Medelse : https://fr.indeed.com/cmp/Medelse-1/salaries/Infirmier

Évolutions possibles de la sage-femme

Se reconvertir pour devenir sage-femme offre non seulement une carrière enrichissante, mais aussi de nombreuses possibilités d'évolution professionnelle. Voici un aperçu des opportunités qui s'ouvrent aux sages-femmes tout au long de leur carrière.

Accès à des postes de direction

Les sages-femmes peuvent accéder à des postes de direction dans diverses structures de santé et d'accueil de la petite enfance. Ces rôles offrent des responsabilités accrues et la possibilité de jouer un rôle clé dans la gestion et l'organisation des services.

  • Directrices de Crèche : Avec leur expertise en soins infantiles et leur expérience en gestion des naissances, les sages-femmes sont bien placées pour diriger des crèches, où elles supervisent les équipes, assurent la qualité des soins et gèrent les relations avec les familles.
  • Enseignantes : Les sages-femmes peuvent également se tourner vers l'enseignement, que ce soit en école de sage-femme, en institut de formation aux soins infirmiers (IFSI), ou dans d'autres établissements éducatifs. Elles transmettent alors leur savoir et leur expérience aux futures générations de professionnels de la santé.

Possibilités de concours et équivalences pour d’autres professions médicales ou paramédicales

Les sages-femmes peuvent envisager des évolutions vers d'autres professions médicales ou paramédicales en passant des concours ou en bénéficiant de dispositifs d'équivalence. Ces options permettent d'élargir leurs compétences et de diversifier leurs carrières.

  • Concours Internes : Les sages-femmes peuvent se présenter à des concours internes pour accéder à des postes tels que cadre de santé, ou même se spécialiser davantage dans certains domaines médicaux.
  • Équivalences : Grâce à leur formation médicale, les sages-femmes peuvent obtenir des équivalences pour intégrer des formations dans d'autres spécialités, comme la pédiatrie, l'anesthésie-réanimation, ou la santé publique.

Formations complémentaires pour une évolution de carrière

La formation continue est une étape importante pour l'évolution de carrière des sages-femmes. Elles peuvent suivre des formations complémentaires pour se spécialiser dans des domaines spécifiques ou pour renforcer leurs compétences en gestion et en leadership.

  • Diplômes Universitaires (DU) et Diplômes Inter-Universitaires (DIU) : Les sages-femmes peuvent se spécialiser en suivant des DU ou DIU dans des domaines tels que l'échographie obstétricale et gynécologique, la prise en charge de la douleur, ou l'acupuncture obstétricale.
  • Formations en management et leadership : Pour celles qui souhaitent prendre des responsabilités administratives, des formations en management, gestion des ressources humaines, et leadership peuvent ouvrir la voie à des postes de cadre de santé ou de direction.
  • Formation en santé publique : Une spécialisation en santé publique permet aux sages-femmes de participer à des programmes de prévention et de promotion de la santé à grande échelle, voire de travailler dans des organismes de santé publique.

Financer sa reconversion en sage-femme

Devenir sage-femme en France nécessite de suivre une formation initiale de 5 années après le bac, ce qui correspond au diplôme d'État de sage-femme. Heureusement, plusieurs aides à la reconversion existent :

1. Le Compte Personnel de Formation (CPF)

Accessible à tous les salariés, intérimaires et demandeurs d'emploi.

Permet de financer des formations qualifiantes et certifiantes.

C'est à vous de constituer votre dossier et de faire la demande auprès de votre organisme de formation.

Plus d'informations : https://www.moncompteformation.gouv.fr/espace-prive/html/

2. Le CPF de transition professionnelle

Réservé aux salariés en CDI et intérimaires ayant au moins 12 mois d'ancienneté.

Permet de financer une formation longue (plus de 4 mois) pour se reconvertir.

Un congé rémunéré est possible pour suivre la formation.

Votre employeur ne peut pas s'y opposer.

Plus d'informations : https://travail-emploi.gouv.fr/formation-professionnelle/formation-des-salaries/article/projet-de-transition-professionnelle

Partagez l'article
PORTAIL VISITEUSES
Inscrivez-vous aux prochains évènements de Profession’L ! 

Retrouvez nos thèmes : l’emploi, la formation, la création d'entreprise, le coaching, le bilan de compétences, l’équilibre entre vie pro et perso, et la dynamisation de son image professionnelle.
Inscription visiteuse
Made with by Locomotiv'
crossmenu