À quels revenus ai-je droit pendant ma reconversion professionnelle ?

C’est décidé, vous allez entamer une reconversion professionnelle et quitter votre emploi actuel ! Vous n’êtes pas seul dans ce cas : l’étude du CSA de 2022 sur la formation et l’emploi indique qu’un actif sur cinq est actuellement en train de préparer une reconversion professionnelle. Un bouleversement d’une telle ampleur suscite parfois une légitime appréhension ainsi qu’un certain nombre de questionnements. Parmi celles-ci, le financement de la reconversion professionnelle occupe une place de choix : peut-on parvenir à se former pour changer de profession tout en conservant un revenu stable ? Il existe aujourd’hui un certain nombre de dispositifs et d’aides accessibles à toute personne souhaitant opérer un changement de carrière. 


À quels revenus pouvez-vous prétendre pendant votre reconversion professionnelle ? Si vous êtes salarié ou en recherche d’emploi, les solutions disponibles ne seront pas les mêmes. Profession’L vous explique tout sur les différentes options qui s’offrent à vous !

Le Compte Personnel de Formation vous veut du bien !

Qu’est-ce que le Compte Personnel de formation ?

Le Compte Personnel de Formation, ou CPF, est un système mis en place en 2015 qui permet à tout salarié de gagner des droits à la formation au cours de ses années d’activité. Cumuler des droits à la formation ne demande aucune action spécifique de la part de l’employé. C’est lorsque celui-ci décide de faire un bilan de compétences ou de suivre une formation que ce solde est mobilisé, totalement ou partiellement. On peut utiliser ses droits à la formation :

 

  • en étant à la recherche d’emploi ;

  • en tant qu’employé.

En quelle mesure le CPF peut-il aider à financer une reconversion professionnelle ?

Le dispositif du CPF permet à chaque salarié d’alimenter son compte à hauteur de 500 € par année de travail, dans le cas d’un emploi à temps plein. Si l’employé est d’un niveau jugé “peu qualifié”, à savoir détenteur d’un CAP ou d’un BEP, ce solde passe à 800 € par an. Quand le salarié suit une formation pendant un congé de transition professionnelle, il continue d’être payé par son employeur à hauteur de 100 % de son salaire, si celui-ci n’excède pas une somme équivalente à deux SMIC. Si en revanche l’employé a un salaire supérieur à cette limite préétablie : 

 

  • il touche 90 % de son SMR (Salaire Moyen de Référence) pour une formation durant moins d’un an ;

  • il perçoit 90 % de son SMR la première année puis 60 % les années suivantes.

Le Plan de Développement des Compétences pour élargir ses domaines d’expertise

Fonctionnement du Plan de Développement des Compétences

Le Plan de Développement des Compétences, ou PDC permet de suivre une formation tout en restant employé de son entreprise. L’élaboration d’un PDC peut être décidée par l’entreprise, mais un salarié peut aussi prendre l’initiative d’y participer. Dans les deux cas, un accord bilatéral est nécessaire et la formation doit être en lien avec la fonction exercée.

 

La rémunération du salarié pendant le PDC

Les formations suivies durant le PDC ne sortent pas du cadre du contrat de travail : à ce titre, la rémunération du salarié reste la même. À la fin de la formation, celui-ci réintègre son poste, ou bien un emploi de salaire et de compétence égaux ou supérieurs au poste précédemment occupé.

Maîtrisez d’autres champs de compétence avec la Promotion par alternance

Qu’est-ce que la Promotion par alternance ?

La Promotion par alternance, appelée “Pro-A”, a pour but de fournir aux salariés en CDI les compétences nécessaires pour changer de métier ou de secteur professionnel. Ce dispositif propose aux employés un système de formation par alternance pour acquérir un diplôme, un certificat ou de nouvelles expertises utiles à l’obtention d’un tout nouveau poste. L’employeur, tout comme le salarié, peut être à l’initiative de cette mesure de formation, dont la durée va de 6 à 12 mois.

La Promotion par alternance est-elle rémunérée ?

Le salarié est toujours rémunéré pendant le dispositif Pro-A, puisqu’il ne sort pas du cadre du contrat de travail. Attention cependant : la formation peut être suivie sur les heures de travail ou en dehors de ce temps. Dans le deuxième cas, elle n’est alors plus rémunérée.




Comment financer sa reconversion professionnelle quand on n’est pas salarié ?


S’il est plus aisé de financer sa reconversion professionnelle en occupant toujours le poste que l’on souhaite quitter, il est également possible de bénéficier d’aides pour suivre des formations en tant que demandeur d’emploi.

1. Pensez d’abord à l’Aide de Retour à l’Emploi Formation (AREF)

Fonctionnement de l’AREF

L’Aide de Retour à l’Emploi Formation vient financer une formation validée par Pôle Emploi sous 3 conditions :

 

  • percevoir l’allocation d’Aide au Retour à l’Emploi, ou ARE ;

  • prendre part à une formation dans le cadre de votre Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi (PPAE) ;

  • suivre une formation d’une durée totale d’au moins 40 heures.

Quel est le montant de l’AREF ?

Le montant de l’AREF est le même que celui de l’ARE, qu’il vient remplacer pendant la formation. Attention : on ne peut toucher l’AREF que dans la limite de durée des droits de l’ARE. Si une formation excède cette durée, elle ne donne plus droit à l’AREF. Enfin, il est à noter que l’AREF est imposable.

2. La Rémunération de Fin de Formation vient à la suite de l’AREF

Si votre formation n’est pas terminée, mais que vos droits à l’AREF arrivent à leur terme, il est possible d’obtenir la Rémunération de Fin de Formation, ou RFF, sous condition de suivre une formation jugée “qualifiante” par Pôle Emploi, qui concerne un métier dans un secteur dit “en tension”. 

 

Le montant de la RFF est égal au montant journalier de l’AREF, avec un plafond de 685 € par mois. Comme dans le cas de l’AREF, cette aide est imposable.




3. Effectuez une formation rémunérée par Pôle Emploi avec l’Action de Formation Préalable au Recrutement

L’Action de Formation Préalable au Recrutement, ou AFPR, est un contrat passé entre le demandeur d’emploi, Pôle Emploi et un employeur. Les aides à la formation sont versées à l’employeur, qui s’engage à embaucher ensuite le demandeur d’emploi en CDD pour une durée de 6 à 12 mois. Le demandeur d’emploi continue, quant à lui, de percevoir les aides de Pôle Emploi pendant toute la durée de la formation.

 

Il existe un contrat similaire pour une promesse d’embauche d’une durée de 12 mois ou plus, appelé Préparation Opérationnelle à l’Emploi Individuelle, ou POE I.




4. La Rémunération des Formations Pôle Emploi pour ceux qui ne sont pas indemnisés

Même sans toucher de rémunération de la part de Pôle Emploi, il est possible d’être indemnisé en suivant une formation reconnue par la structure avec la Rémunération des Formations Pôle Emploi, ou RFPE. Le montant, qui varie de 200 € à 685 € par mois, est calculé de la même manière que celui de l’AREF.




5. Aide exceptionnelle à la formation

Jusqu’au 31 décembre 2022, Pôle Emploi propose une aide exceptionnelle aux personnes commençant une formation même s’ils n’ont pas travaillé les 12 mois requis durant les 15 mois précédant le début de la formation. Le montant de cette aide est de 1000 € : la première moitié est versée le premier mois de la formation et la seconde au terme de celle-ci.

Avez-vous pensé à vous faire accompagner ?

Le choix d’une reconversion professionnelle est tout sauf anodin et il entraîne des changements importants. La question du financement de votre reconversion, si elle est essentielle, n’est peut-être pas la seule qui occupe votre esprit ! Pourquoi ne pas choisir un accompagnement personnalisé pour votre reconversion professionnelle pour ne rater aucune opportunité dans votre changement de carrière ?

 

PIERROT 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.