Portrait Imene Maharzi

Imène Maharzi

Fondatrice OwnYourCash

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis née en Algérie, j’ai grandi et étudié en France. J’ai travaillé dans le domaine de la finance depuis 2000, comme auditrice puis investisseure. En 2013, je décide de monter ma structure pour investir en temps et en argent dans des entreprises à impact social et environnemental positif. Par la suite, j’ai aussi repris et dirigé une PME à impact sociale, dans le domaine du handicap. Quant au mentoring, c’est une activité que je n’ai en fait jamais cessé d’exercer, puisque déjà à HEC j’avais rejoint une association qui aidait d’autres jeunes à créer leur entreprise. Avec la petite expérience acquise aux côtés de mon père, lui-même entrepreneur, j’avais des choses à partager !

En mai 2018, j’ouvre une nouvelle page avec OwnYourCash dont la mission est de stimuler l’indépendance économique des femmes.

Pourquoi ce combat pour l’indépendance économique des femmes ?

Ce n’est pas qu’une question éthique, il s’agit simplement d’un vrai gâchis de potentiel économique et social. Des études récentes ont démontré que les projets féminins étaient moins bien financés, voire pas financés du tout.

Il y a de nombreuses explications à cette situation, mais des biais et des habitudes empêchent aujourd’hui trop de financeurs classiques d’apprécier pleinement le potentiel de projets portés par des femmes. On encourage les femmes à se lancer dans l’entrepreneuriat, mais avec un accès au financement plus limité, elles doivent compter d’abord sur leur propre argent (à 78% selon une étude BNP Paribas). Or compte tenu du tabou autour de l’argent, et des craintes autour du fait d’en manquer (le premier frein pour les femmes serait ainsi la peur de mettre leur famille en danger), elles se retrouvent à développer plus lentement, des entreprises plus petites, plus fragiles et moins ambitieuses que leur potentiel ou leur envie.

Que propose OwnYourCash ?

OwnYourCash est une plateforme éducative que j’ai décidé de créer pour à la fois décomplexer les femmes par rapport à l’argent et les aider à prendre leur destin économique en main via deux axes :

les former au BA-ba de la finance et de l’économie, pour leur donner des clés afin de gérer leur argent et le faire fructifier, en démystifiant des choses qui semblent trop compliquées, bref, pour ouvrir une conversation claire autour de l’argent ; 

former le regard d’une nouvelle génération de business angels (des femmes et les hommes qui le souhaitent !), pour fluidifier l’accès au capital des projets fondés/co-fondés par des femmes. Plus il y aura de femmes business angel, plus cela facilitera le financement d’entreprises créées par des femmes, encore largement sous-capitalisées et qui méritent de grandir à la hauteur de leurs ambitions.

Fin 2019, tu lances la 1ere campagne #EllesComptent. Quel a été le déclic pour lancer ce mouvement ?

A la sortie d’une soirée de levée de fonds consacrée à des entreprises fondées par des femmes, j’ai échangé avec une personne au sujet d’un projet génial présenté lors de cette soirée portée par une entrepreneuse qui n’a malheureusement pas le financement des banques pour ses stocks et pas les moyens de produire alors qu’elle a de la demande. C’est un truc de fou ! La personne avec qui j’en parlais m’a dit : ça doit être frustrant pour toi de ne pouvoir rien y faire. J’ai pris ça comme un coup de poing dans le ventre. Après avoir été abattue et m’être dit que je ne servais à rien, j’ai eu cette idée de rendre visible le pouvoir invisible des femmes avec le hashtag #EllesComptent sur les réseaux sociaux. En 48 heures, j’ai réuni quinze entrepreneures et autant d’ambassadeurs et ambassadrices engagés dans la mixité pour affirmer haut et fort : « #EllesComptent » !

Quels sont les messages portés par #EllesComptent ?

L’idée est de porter à la conscience de plein de femmes et d’hommes que les femmes ne sont pas accessoires dans l’économie. 

Dans un premier temps, il s’agit de briser les préjugés liés aux femmes et à l’argent. Il n’est pas rare d’entendre que « les femmes et les chiffres, ça fait deux ». Or, ce n’est pas vrai du tout ! 

Ensuite, il s’agit de montrer que l’argent des femmes compte ! Leur pouvoir est invisible et trop méconnu, y compris d’elles-mêmes. On sous-estime le fait que les femmes sont à la tête de 80 ou 85 % des décisions d’achats au niveau international. Or, les femmes, en tant que consommatrices qui influencent les décisions de consommation décident donc largement de quelle entreprise va trouver son public ou pas. La notion de consommatrice n’est pas connotée positivement. Ce mouvement est là pour montrer que les femmes comptent parce qu’elles savent compter et faire des choix et pour montrer que leur argent compte aussi. D’ailleurs, les femmes participent volontiers aux campagnes de crowfunding sans se vivre comme des investisseures, ce qu’elles sont pourtant. Il faut en prendre conscience pour sortir d’une posture passive à l’égard de l’argent pour avoir une consommation responsable.

Enfin, #EllesComptent veut aussi promouvoir les entrepreneures qui se démarquent par leurs innovations ou leur impact social et environnemental, elles ont une voix qui porte et qui peuvent encourager d’autres femmes à se lancer.

Le succès de la 1ère édition et la crise que nous subissons t’a poussé à lancer une 2ème campagne #EllesComptent. Toute l’équipe de Profession’L est fière et heureuse d’en être partenaire car nous avons la conviction profonde que l’indépendance économique des femmes est la garantie de leur pouvoir de décisions et d’actions. Pourquoi as-tu pensé à nous ?

Pour cette 2ème édition, le collectif met en lumière des entrepreneures talentueuses afin de les aider à traverser la crise et soutenir leur chiffre d’affaires.

#EllesComptent propose désormais une vitrine commerciale pragmatique pour des entrepreneures à impact positif/innovantes et une invitation à passer à l’action… cash !

OwnYourCash et #EllesComptent affirment ensemble que les femmes ont un rôle déterminant à jouer grâce à leurs investissements, en passant de consommatrices à investisseures. Et que ce sont leurs choix en matière de #cash qui ont le pouvoir de façonner l’économie de demain… et non l’inverse. 


Le partenariat avec Profession’L me paraît pertinent pour 2 raisons principales :
– Parce que l’engagement de Profession’L en faveur de l’émancipation économique des femmes fait largement écho à la mission d’OwnYourCash. Et que #EllesComptent en est l’un des vecteurs.
– Parce que l’empreinte territoriale de Profession’L de longue date permettra de relayer au plus près des grandes villes de province, les grands messages véhiculés par le mouvement #EllesComptent. Ces messages ne sont pas réservés aux franciliennes, ils nous concernent toutes, partout en France.

Un conseil à donner aux femmes en reconversion ?

Essayer de nouvelles choses, les unes après les autres, et voir comment l’on se sent, voir où cela vous mène, permet d’évoluer en douceur, pas à pas. En donnant du temps au temps, on se rend compte alors qu’après quelques mois ou quelques années, beaucoup de choses auront été accomplies, beaucoup de relations nouées, peut-être quelques croyances levées, et des compétences acquises ou consolidées.

Une citation préférée ?

“If you can’t fly then run, if you can’t run then walk, if you can’t walk then crawl, but whatever you do you have to keep moving forward.”

― Martin Luther King Jr.

(Si tu ne peux voler, cours, si tu ne peux courir, marche, si tu ne peux marcher, rampe, mais quoi que tu fasses, tu dois continuer à avancer)

 

© Webdesign et développement par Morgane Pichard