Parcours de reconversion : Lovasoa Papuchon

MON PARCOURS

Je m’appelle Lovasoa Papuchon et je viens « d’ici et d’ailleurs ». Née à Grenoble de parents d’origine malgache installés dans la Vienne depuis bientôt 30 ans. Mes études en 3 phases : un passage de 2 ans à la faculté de Médecine de Poitiers pour valider une année d’études supérieures. Puis 3 ans à l’IUP Institut Supérieur de la Santé et des Bioproduits d’Angers pour finalement revenir aux sources et terminer par un DESS Certificat d’Aptitude à l’Administration des Entreprises à l’IAE de Poitiers.

Mes diplômes en poche, me voilà, prête à rentrer dans la vie active. Commence alors en 2003 ma carrière de responsable d’exploitation au sein de la société Sodexo dans la division Santé et Médico-social. On me missionne tour à tour dans les villes suivantes : Le Mans, Limoges, Toulouse, puis de retour à Poitiers en prenant une affectation à Niort et pour finir, à Civray. Malgré les kilomètres parcourus pour aller travailler, il fallait bien le faire, faire ce qu’on attendait de moi, ce pour quoi j’ai été formée. Et surtout j’avais cette stabilité permettant de faire face aux obligations financières. Et je croyais en la sécurité de l’emploi. Pourtant, en novembre 2016, conséquence de la perte de mon dernier site géré pour cause d’appel d’offres : ma rupture conventionnelle est prononcée au bout de 13 ans de service.

Pas facile d’accuser le coup. Quitter ce job de moi-même, je l’aurais peut-être fait un jour mais en ayant assuré une embauche par ailleurs. Mais là : rien à la sortie. Juste mes peurs. Peur du lendemain. Peur de ce que j’allais devenir. Mais pas fataliste. Juste besoin de réorganiser mes pensées car les questions se bousculent alors : « comment refaire des CV et lettres de motivation ?  » / « où postuler et trouver un poste équivalent dans les environs de Poitiers ?  » /  » quels sont les sites actuels de recherche d’emploi ? « . Je me revois encore pleurer seule dans mon salon quand mon mari est au boulot et les enfants ramenés à l’école. Ah ça oui : j’ai du temps maintenant pour m’occuper d’eux. Mais bien sûr, je ne pensais pas le faire dans ce contexte-là ! Le suivi classique avec le Pôle Emploi démarre alors par un bilan de compétences (révélant que mon esprit cartésien cohabite avec un esprit aimant la vente et surtout la représentation) puis ma recherche d’emploi se poursuit en solo. Mais rien au final qui ne corresponde à mes compétences et mes attentes.

C’est alors qu’un appel téléphonique change le cours de l’histoire : celui de ma conseillère H2O at Home – une enseigne écologique française – qui prend de mes nouvelles et me demande mon niveau de satisfaction des produits achetés quelques mois auparavant. On discute des produits mais aussi de l’activité de conseillère à domicile pour cette marque : les avantages du métier, le fonctionnement et la procédure pour intégrer la société. Sur ses conseils, puis discussion avec mon mari et enfin une petite voix interne qui me disait « vas-y, fonce ! « , j’ai décidé début décembre 2016 de me lancer dans la vente à domicile chez H2O at Home. Je n’avais rien à perdre et surtout tout à y gagner ! J’ai commencé doucement et chaque mois, je me suis formée, j’ai gagné en assurance et mes ventes ont décollé. Finalement, le job que je recherchais était déjà à portée de mes mains !

Au fil des mois, je fais la visite de belles contrées de notre beau territoire et surtout fais de belles rencontres. J’ai ainsi donné l’envie à d’autres personnes de me rejoindre dans cette belle aventure humaine. Et à ce jour, en plus d’être conseillère, je suis l’heureuse manager d’une équipe de 9 personnes, exerçant à temps partiel en tant qu’activité complémentaire à leur autre activité professionnelle.

DIFFICULTÉS RENCONTRÉES ET LEVIERS DE MA RECONVERSION

Mais bien sûr, tout n’a été pas aussi rose : il y a eu des moments de doutes, des coups de moins bien dans l’activité, des dires qui ne plaisent pas à entendre comme « ce n’est pas un vrai métier » / « tu vas vendre des chiffonnettes toute ta vie avec les diplômes que tu as ? » / « c’est de l’arnaque ton truc  » / « c’est pyramidal non ? ». Je travaille l’argumentaire pour y répondre poliment mais surtout, je garde en tête qu’une seule valeur : la PERSÉVÉRANCE. Car je suis convaincue que c’est ma voie.

En plus de cette intime conviction, ma reconversion repose aussi sur le développement de réseaux initié, à l’origine, par une autre belle rencontre : l’association Entreprendre au Féminin Vienne avec ses 2 co-présidentes dynamiques et dans laquelle je me suis rapidement investie au sein du bureau. Au contact de ces femmes actives de tous âges et de tous secteurs d’activité, je m’inspire de leurs compétences diverses.

AVANTAGES OBTENUS DE MA RECONVERSION

L’activité de conseillère à domicile que j’exerçais au début comme un « passe-temps rémunéré » est désormais mon activité principale. Avec l’immense avantage de concilier ma vie professionnelle et ma vie de famille. Quel bonheur de travailler à temps choisi : c’est où je veux, quand je veux ! Je suis la seule à décider. Niveau rémunération : aucun plafond ! La vente à domicile est d’ailleurs l’un des secteurs où l’on ne parle d’inégalité Hommes/Femmes : tout le monde gagne à hauteur de son implication personnelle et sa motivation. Et au-delà du côté financier, je m’enrichis de cette véritable aventure humaine et de la satisfaction d’exercer un métier qui a du sens pour moi et pour l’avenir de nos enfants en conscientisant les foyers sur cette nouvelle façon de consommer : « consommer moins mais mieux » avec juste un peu d’eau ou avec des produits multi-fonctions et 100% d’origine naturelle.

Aujourd’hui, je suis pleinement épanouie dans mon métier de conseillère à domicile et fière du chemin parcouru. Mais je n’oublie pas non plus que rien n’est jamais acquis dans cette activité indépendante. Alors je continue d’avancer avec confiance, sourire et surtout l’envie de faire rayonner cette bonne humeur à quiconque croisera mon chemin.

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *