Magalie Bonnefond

Portrait de notre ambassadrice Profession'L reconvertie !

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Magalie Bonnefond, coach en développement personnel et intervenante en entreprise sur les problématiques de QVT. Je coorganise d’ailleurs cette année les JIMAT (les journées internationales du mieux-être au travail) à Bordeaux avec mon partenaire Stéphane Gueguen. J’ai également deux autres casquettes professionnelles, je suis intervenante à l’IUT Bordeaux Montaigne sur la communication publicitaire et les leviers digitaux et je suis consultante en communication et marketing digital à mon compte.

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

Après des études en école de commerce, j’ai travaillé dans la communication et le marketing digital. J’ai occupé différents postes en agence média sur Paris essentiellement. J’ai travaillé pour le marché Automobiles, Pharmaceutique, l’Entertainment et l’high tech principalement. J’étais en charge de portefeuilles clients ainsi que de missions transversales à mes postes. Cela me permettait d’apprendre beaucoup, de me faire de nombreuses connaissances, d’évoluer rapidement. Ces années m’ont apporté des connaissances, savoirs et compétences qui me servent encore, mais au fur et à mesure, je suis arrivée au bout de ce que j’avais à prendre et surtout à donner.

J’ai décidé en 2018 de quitter la région parisienne et de voir ce départ comme un tremplin personnel mais aussi professionnel. J’aurais pu rester dans ma structure à distance, mais je désirais un nouveau mode de vie et un nouveau challenge. J’ai vu ce départ comme une opportunité de me reconvertir. J’ai travaillé avec une coach pour m’aider à mieux définir mon projet. Deux sujets ont émergé : la psychologie et le développement personnel. J’ai souhaité pour plusieurs raisons me former au coaching.

Une fois passé toutes ces étapes entre actions et réflexions, je pensais avoir fait le plus gros de mon projet de reconversion. (J’avais travaillé sur mon profil, mes centres d’intérêt, mes valeurs, mes compétences, mes talents, j’étais inscrite dans une école, j’accompagnais moi-même des personnes). Or durant une reconversion professionnelle les doutes sont nombreux, ils arrivent à différents moments et sont parfois paralysants lorsque l’on se retrouve face à eux.

Au mois de mars 2019, j’ai traversé une période difficile. Je doutais de pouvoir me refaire un réseau, de me lancer dans la création de mon entreprise, de la pérennité de cette nouvelle voie que je prenais. (Les coachs sont nombreux). Il n’est pas toujours simple d’avoir confiance en soi quand il faut oser et sortir de sa zone de confort.

__

« J’ai travaillé avec une coach pour m’aider à mieux définir mon projet »
__

Le salon a eu lieu en avril et il y a vraiment eu un avant et un après. Je ne connaissais pas le concept et j’y suis allée curieuse de voir un événement pour les femmes et leur réussite professionnelle. Ce salon a été un merveilleux déclic et m’a reboosté. Les conférences m’ont enthousiasmé car j’ai vu que je n’étais pas seule, les ateliers m’ont permis de créer du lien et d’avoir de nouvelles perspectives, les stands m’ont apporté des contacts et ces échanges m’ont sorti de mon renfermement.

Depuis, je parle beaucoup du salon Profession’L et je suis heureuse d’en être l’ambassadrice pour cette nouvelle édition. Il m’a permis de prendre des décisions, de me lancer en tant qu’auto entrepreneur et de me faire un petit réseau de professionnels dans ma situation. Je me nourris d’ailleurs chaque jour de ces personnes à travers des rencontres ou les réseaux sociaux. Ne pas se sentir seule dans son projet, avoir des opportunités (ne serait-ce que de réflexion) et se dire qu’on est capable de le faire puisque d’autres l’ont fait malgré leurs doutes et certains échecs, cela n’a pas de prix.

Pourquoi t’es-tu reconvertie ?

Je me suis reconvertie pour être en accord avec mes valeurs et parce que je ne trouvais plus de sens à mon travail. J’ai toujours su que j’aurais plusieurs vies professionnelles, c’est probablement générationnel, toutefois je ne pensais pas que cela arriverait aussi tôt. Le bon moment est venu plus vite que je ne l’aurais pensé et j’en suis ravie.

Quels ont été tes déclics ?

Mon quotidien m’étouffait.

Malgré le respect que j’avais envers mon entreprise, mes collègues et mes clients, je ne trouvais plus de sens à ce que je faisais. Mon métier, l’organisation, le management mis en place ne correspondaient plus à mes valeurs. Je travaillais énormément, mon bureau était mon premier chez moi. La fatigue, le stress continuel et la perte d’intérêt progressive pour mes missions, couplés à un manque de nouveaux apprentissages et de reconnaissance m’ont questionné profondément. J’avais le sentiment que mes journées se suivaient et se ressemblaient dans ce grand open space, alors que la vie avançait derrière les baies vitrées. J’arrivais au bout de l’aventure, et j’avais besoin de nouveauté.

 

De plus le rythme et le mode de vie parisien ne me convenait plus et cela depuis un moment. Un sentiment de lassitude et d’épuisement global s’était installé. J’avais le projet depuis longtemps de me rapprocher de mes proches et de m’installer à Bordeaux. Le bon « timing » est arrivé et j’ai saisi cette chance. J’ai fait de mon départ un tremplin pour autre chose. Un nouveau voyage personnel pour mes proches et moi-même, ainsi que pour ma vie professionnelle.

Aujourd’hui tu es (ton nouveau job), peux-tu nous en parler ?

Aujourd’hui j’ai découvert que j’étais multi potentiels. Je trouvais ce mot « trop grand » au début mais il m’a permis de comprendre ma personnalité. J’aime travailler sur différents projets à la fois avec différentes personnes. J’ai décidé de me reconvertir tout en capitalisant sur mes acquis.  Je suis devenue slasheuse. Je suis coach mais « pas que » finalement, je suis également facilitatrice, consultante, et formatrice.

Un conseil à donner aux femmes en reconversion ?

J’en donnerai trois pour le prix d’un :

Le premier est de croire que chaque évènement arrive pour une raison, et que l’important est de s’écouter soi ainsi que les messages que la vie souhaite nous transmettre. Tout arrive au bon moment. L’important n’est pas d’aller vite ou lentement, mais ne pas rester immobile.

 

Le second est de croire en soi, de se mettre au premier plan de sa vie, de s’autoriser.

On dit souvent que les femmes font beaucoup, qu’elles savent faire tout ou presque. Cependant lorsqu’il s’agit d’avancer pour elles, elles s’immobilisent à cause des syndromes de l’imposture ou du « je n’y arriverai pas ».  Les femmes sont capables de tout, cela s’observe dans le quotidien et dans la vie de chacune d’entre elles. Elles sont souvent d’ailleurs plus capables pour les autres, que pour elle-même dans leur esprit. Cela a été mon cas, pour ma famille, mes proches ou mes équipes j’avais le sentiment de pouvoir déplacer des montagnes et j’avais l’impression que ce sentiment s’arrêtait lorsque je m’imaginais une nouvelle aventure professionnelle avec pour principale comparse moi-même. Cela ne signifie pas que les autres ne sont plus aussi importants, cela signifie qu’elles ont le droit de s ‘autoriser. S’autoriser à rêver, à se réaliser, à penser à elle, à être bien.

 

Et le dernier serait, en période de doutes, de ne pas se demander « quoi », mais plutôt « comment » ? Comment avancer, me faire aider, me différencier.

Une citation préférée ?

« Le bonheur, c’est lorsque nos pensées, nos paroles et nos actes sont en harmonie. » Gandhi.

__

Magalie Bonnefond

Coaching en développement personnel à
www.myprettymantra.com

Evolution et profil complet à
www.magaliebonnefond.com

© Webdesign et développement par Morgane Pichard

Je reste informé !Recevez les actualités des salons Profession'L.
Pré-Inscription Partenaire