Après 20 ans de salariat, je prépare ma reconversion depuis 3 ans
decoratrice interieur laurence

Date

J'ai 47 ans et je vis sur Bordeaux depuis maintenant 20 ans. Je suis née en Creuse mais je n'y ait pas vécu. Plus jeune, je ne savais ce que je voulais faire dans la vie. C'était une vraie quête.

J’ai 47 ans et je vis sur Bordeaux depuis maintenant 20 ans. Je suis née en Creuse mais je n’y ai pas vécu. 

 

Plus jeune, je ne savais ce que je voulais faire dans la vie. C’était une vraie quête. J’ai fait des études générales de commerce et j’ai très vite voulu commencer à travailler car je voulais être dans le concret et devenir autonome. J’ai passé un concours administratif à la DDE et je l’ai eu. J’ai vécu 3 ans à Limoges dans un poste où je n’avais rien à faire. J’ai beaucoup pleuré et j’ai essayé de me faire une raison. Je me disais que c’était ça le travail finalement et que j’étais une éternelle insatisfaite. Comme je ne me plaisais pas non plus à Limoges, j’ai jeté mon dévolu sur Bordeaux, je voulais me rapprocher de la mer. J’ai réussi à trouver un poste à Réseau Ferré de France et je quittais la DDE par la même occasion.

 

Cette société m’a permise de découvrir ma vocation. J’ai commencé par être assistante de direction mais très vite la société s’est développée et de nouveaux postes se sont créés. Je me suis d’abord orientée vers la gestion des locaux et leur maintenance et un jour LE projet est arrivé. Nous devions déménager et mon directeur m’a donné ma chance en me nommant chef de ce projet. C’était inattendu. Il me dirait plus tard qu’il l’avait senti une telle envie de ma part qu’il avait voulu me donner ce projet. J’ai travaillé pendant un an sur ce projet avec une architecte, Pascale. Le lendemain du déménagement dans nos nouveaux locaux, je suis arrivée ce matin là et j’ai pleuré en regardant ces nouveaux locaux, face à ce que j’avais réalisé et j’ai compris que c’était ce que je voulais faire dans ma vie.

 

J’ai décidé de me reconvertir car j’ai toujours cherché mon coeur de motivation dans ma vie professionnelle. Je ne faisais pas ce que j’aimais avant et c’était vital que mon travail soit une passion.

 

Mes déclics ont été le projet d’aménagement des locaux pour RFF et surtout une personne : l’architecte Pascale qui a décelé avant moi cette envie de travailler dans l’architecture. A la fin du projet, lors d’un déjeuner, elle m’a parlé de moi, de ce qu’elle avait pu observer chez moi et m’a proposé un poste dans leur cabinet d’architecture.

 

Suite à cela, j’ai fait un bilan de compétences quand j’étais encore à RFF puis j’ai cherché une formation qui réponde à mes besoins.

 

Aujourd’hui, je suis architecte d’intérieur spécialisée dans l’optimisation des espaces. Je travaille pour les particuliers et les professionnels. Mais j’ai une vraie appétence pour les projets d’aménagement d’espaces de travail. Ce fut mon premier projet et j’ai gardé cet intérêt particulier pour ce type de projets. Je travaille aussi sur la mise en décoration des espaces.

 

Je suis désormais totalement épanouie. Je ne pose plus la question de savoir ce que je fais là, quel est l’intérêt de mon travail.

 

Si je pouvais donner un conseil aux femmes c’est qu’il n’y a pas d’âge pour changer de voie. L’important c’est de faire ce qu’on sent le mieux pour soi. L’épanouissement professionnel a des répercussions sur toutes les facettes de notre vie. Faire ce qu’on aime, c’est reprendre confiance en soi, se donner de la valeur, et surtout on ne regrettera jamais d’avoir essayé.

 

« On a deux vies. La deuxième commence le jour où on réalise qu’on en a juste une » – Confucius

Plus
d'articles