#7 Aline SAM-GIOA, directrice générale de l’Orchestre national de Lyon

Aline SAM-GIOA, directrice générale de l’Orchestre national de Lyon et de l’Auditorium Maurice Ravel  

Aline Sam-Gioa est directrice de l’Orchestre national de Lyon et de l’Auditorium Maurice Ravel. Son projet est fondé sur la recherche de l’excellence artistique, de l’ouverture à la diversité des publics et aux esthétiques les plus variées. Diplômée de l’IEP de Paris et de l’Université du Sussex en Grande-Bretagne (gestion des institutions culturelles), son parcours professionnel l’a menée de la Fondation Royaumont en région parisienne au mécénat du Festival Berlioz (Isère) à l’administration générale de l’Orchestre des pays de Savoie. Elle a été faite chevalier des Arts et des Lettres en 2015.

 

#6-Emilie DAVERSIN, fondatrice de Feminalink

Emilie DAVERSIN, fondatrice de Feminalink

Emilie DAVERSIN est fondatrice de Feminalink, le premier media social professionnel dédié aux femmes. Serial entrepreneuse, elle crée en 2003 l’agence événementielle French puis elle se lance dans l’univers digital en 2011 en co-fondant Vo2 Group, une société de conseil positionnée sur le CRM, le développement mobile et le Big Data. Sensible au positionnement des femmes dans l’univers professionnel, Emilie crée en 2016 Feminalink, une application mobile et un média social professionnel dédiés à l’ambition au féminin.

www.feminalink.com

Retrouvez-la sur Facebook & Twitter

#5-Laetitia Flye Sainte Marie, fondatrice et dirigeante de Laet’s Mind

Laetitia FLYE SAINTE MARIE, fondatrice et dirigeante de Laet’s Mind

Laetitia Flye Sainte Marie qui anime depuis 2 ans l’émission « Le bus de l’emploi » sur TLM.

Elle est également passionnée de pédagogie à 360° et d’innovation.  Experte en ingénierie pédagogie et en formation, elle a créé Laet’s Mind (création de solutions sur mesure en formation et en transmission) en 2014 et réalisé deux Mooc dont « 7 semaines pour trouver le job de mes rêves ».  Outre son expérience en tant que directrice des études dans l’enseignement supérieur, Laetitia a également exercé en tant que chargée de projets européens pour la Chambre de métiers et de l’artisanat. Elle est diplômée d’ingénierie pédagogique et formation ainsi que d’un Executive MBA- EM Lyon.

www.laetsmind.com

Retrouvez-la sur Facebook & Twitter

#4-Vinciane Mouronvalle Chareille, équipe Profession’L

Vinciane Mouronvalle Chareille a rejoint l’équipe Profession’L cette année en tant que chargée de développement des partenariats sur la ville de Lyon. Lumière sur l’une des membres de notre équipe engagée, qui a connu la reconversion professionelle.

« J’ai intégré l’équipe Profession’L récemment et je développe le réseau d’entreprises partenaires qui ont une vraie proposition concrète à faire autour de l’emploi des femmes. C’est une mission passionnante qui aura un impact direct sur les 1000-1500 femmes qui visiteront le salon de Lyon le mardi 26 septembre. J’adore !

Ma formation initiale, c’est la communication. Mais plus qu’un métier, c’est une ligne de force qui marque tout mon parcours professionnel.  J’ai fait mes études de communication à Grenoble. J’ai eu quelques boulots, puis j’ai eu mon premier enfant à 23 ans. Cela a été déterminant pour la suite de mon parcours professionnel : j’ai raté la première marche de l’escalier et il m’a fallu de nombreuses années pour récupérer. J’ai enchaîné de nombreuses missions en marketing relationnel dans les domaines de l’hôtellerie de luxe, de la vente par correspondance, de l’immobilier ou encore de la presse régionale.

A 30 ans, j’ai rejoint la direction culturelle du conseil général de la Haute-Savoie en tant que responsable communication.  Une très belle expérience qui m’a notamment appris l’importance des réseaux professionnels. A 38 ans, j’étais coincée dans la fonction publique, sous le plafond de verre et sans le sésame du concours.

J’ai créé ma boite, The Place to bike, une marque de vêtements techniques pour cyclistes en ville. J’ai appris tous les ressorts du montage d’une entreprise, du business model au plan marketing en passant par la stratégie de communication. J’ai choisi d’être accompagnée par l’incubateur Rhône Alpes Pionnières pour travailler ma posture d’entrepreneuse, puis par Boost in Lyon pour le web business. Au bout de deux ans, faute de financement suffisant, j’ai renoncé. Et je pense que le renoncement fait entièrement partie de la vie d’une entrepreneuse.

Après un pivot à 360°, je suis revenue à mes premiers amours et j’ai créé l’agence de conseil en communication uniQ en son genre.  Ainsi depuis un peu plus d’un an, j’apporte mon expertise marketing et communication à des équipes marketing avec un cheval de bataille : les aider à destéréotyper leur campagne pour plus d’impact sur la cible.

Alors quand Séverine, co-fondatrice du salon, est venue me présenter Profession’L, j’ai immédiatement adhéré au projet d’implantation à Lyon. Après deux reconversions importantes dans ma vie pro, je me suis sentie concernée, j’ai envie d’aider les femmes qui s’interrogent sur leur perspectives professionnelles. »

Vinciane Mouronvalle Chareille sur Linkedin & Twitter.

#3- Bénédicte Berthelot, équipe Profession’L

Bénédicte Berthelot fait partie de ces nombreuses femmes qui sont venues découvrir le salon Profession’L à Bordeaux. Comme beaucoup d’entre vous, elle a apprécié notre salon pour y avoir trouvé des réponses. Aujourd’hui, Bénédicte Berthelot fait partie de notre belle aventure, elle nous a rejoint  au poste de chargée de développement des partenariats sur la ville de Nantes, convaincue que l’initiative Profession’L permettra à d’autres femmes, comme elle, de trouver des réponses à une reconversion. Rencontre.

« Rejoindre l’équipe de l’association Profession’L, c’est rejoindre une dynamique positive pour accompagner les femmes dans leur évolution de carrière. Comme des milliers de femmes après la naissance de leurs enfants, ayant suivi un conjoint muté ou pour toutes autres raisons, j’ai déjà fait un bilan de compétences il y a quelques années et je suis à nouveau en réflexion après plusieurs années en tant que juriste d’entreprise.

Proposer une journée dédiée à la reconversion professionnelle des femmes et leur permettre de rencontrer  sur une seule et même journée des professionnels privés et publics des secteurs de la formation, du coaching, du recrutement ou de la création d’entreprise correspond à un besoin réel et bien identifié, notamment au vu des milliers de nouvelles arrivantes sur Nantes chaque année. J’ai habité à Bordeaux pendant quatre ans et c’est dans cette ville que j’ai découvert le salon Profession’L. C’est un moment privilégié d’échanges et de conseils tant sur le plan personnel que professionnel.  Pour la visiteuse en quête de réponses, le salon lui permet de belles rencontres dans les stands et des informations précieuses grâce aux conférences et aux workshops.

Nantes est une ville très active en matière de création d’entreprise et de formation, il est évident qu’un salon dédié aura toute sa place. Je travaille à construire les partenariats avec les acteurs locaux. Beaucoup sont intéressés pour être sur le salon comme les entreprises qui recrutent en voulant assurer la mixité de leur personnel, les écoles de formation qui proposent des cursus courts ou des VAE, les coachs ou encore les nombreux organismes aidant à la création d’entreprise. C’est passionnant de les approcher personnellement, c’est un formidable levier de rencontres. Je suis fière de participer à la belle cause de l’épanouissement professionnel des femmes qui ont tendance à manquer de confiance en elles malgré leurs excellentes compétences. Le salon du 12 octobre prochain devrait certainement trouver un écho favorable auprès des acteurs économiques et des femmes en reconversion. »

Bénédicte Berthelot sur Linkedin

 

#2-Laura Choisy, co-fondatrice de Cohome

L’année dernière lors d’une table ronde sur « la société bouge » au salon Profession’L de Bordeaux 2016, nous avions accueilli Laura Choisy pour nous parler du lancement de sa plateforme de coworking : Cohome.in. Elle était partie du constat qu’être indépendante rime souvent avec travail à domicile et de ce fait: de longue journée seule. Son appartement étant suffisament grand pour accueillir d’autres indépendant(e)s, pourquoi ne pas partager cet espace avec d’autres entrepreneurs ? Et c’est ainsi que l’idée Cohome est née !

Cohome, c’est quoi ?

Cohome, c’est une plateforme où un  travailleur indépendant peut réserver une place chez un autre freelance, qui propose son appartement pour une journée de travail, ou simplement pour quelques heures. Ce dernier indique dans son annonce jusqu’à combien de personnes il peut accueillir, et reste chez lui pour travailler aux côtés de ceux qu’il reçoit. Le site Web permettra de rentrer les photos et toutes les informations :

  • la qualité du wi-fi,
  • appartement fumeur ou non,
  • animaux,
  • luminosité,
  • nombre de personnes acceptées…

L’objectif de cette démarche est de travailler aux côtés de personnes motivés dans une ambiance plus conviviale et propice à la créativité.

Qui est notre entrepreneuse ?

En 2010, fraîchement diplômée en communication, Laura Choisy trouve son premier job dans un cabinet de conseil en webmarketing. Au bout de quelques jours et au cours des années qui ont suivi, elle change régulièrement d’entreprise. C’est ainsi qu’elle décide en janvier 2015 de devenir freelance en communication web et se dédie au secteur associatif et de l’économie sociale et solidaire. Ayant la chance de bénéficier d’une rupture conventionnelle, elle cherche en parallèle à monter une start-up sans avoir encore d’idée précise. C’est en partant d’un constat simple, établi à partir de sa propre expérience, que Laura s’est lancée en novembre 2015 dans l’aventure Cohome.

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, le site compte 4500 inscrits et 170 annonces actives dans 14 villes dont: Bordeaux, Toulouse, Grenoble, Lyon et Nantes. C’est aussi une entreprise qui recrute, belle réussite !

Retrouvez Cohome avec : Facebook, le blog et le site !

 

#1-Ludivine Sapio,Fondatrice de Lady Connect

LADY CONNECT, site e-commerce d’objets connectés destinés aux femmes.

Profession’L vous propose de découvrir cette semaine le portrait d’une entrepreneuse : Ludivine Sapio, fondatrice de Lady Connect.

Ludivine Sapio a lancé en Janvier 2017 LADY CONNECT, un site e-commerce d’objets connectés spécialement sélectionnés pour les femmes. Il s’adresse aux femmes actives qui recherchent des solutions, pratiques et simples, qui vont faciliter leur vie au quotidien. Au-delà des montres connectées connues du grand public, de nombreuses solutions émergent pour nous simplifier la vie dans de domaines variés : vie pro, bien-être, maison, enfants, sport, etc.

Découvrez la genèse du projet : Genèse de Lady Connect

 

Lyon: Le boom des espaces de coworking

Le rapport au travail évolue sans cesse. De nouvelles formes sont apparues, et une tendance se détache, plus « nomade » et solidaire. L’un des plus gros espaces de coworking de Lyon (plus de 3 000 m² de locaux) vient d’ouvrir ses portes dans l’ancien immeuble de Citroën (7e arrondissement).

Lyon accueillera d’ailleurs les premières assises du coworking, le 3 février 2017.

Propices à réseautage et l’entraide, la création d’espaces de coworking est en perpétuelle augmentation. Les français sont friands de ces lieux d’émulations entrepreneuriales et le concept conquiert la France, de Paris à Nantes, en passant par Bordeaux ou Annecy.

Fondé il y a 5 ans, l’espace La Cordée à Lyon, précurseur, est une référence en la matière : on compte aujourd’hui 6 espaces dans la ville. La philosophie de ses concepteurs ? “Nous sommes plus forts à plusieurs”. Nous ne sommes pas dans un esprit capitalistique. Nous tenons, à l’inverse, à être un exemple en défendant des valeurs de solidarité. D’ailleurs, on n’ouvre d’autres cordées que lorsque nous sommes à saturation… »

 

Véritable écosystème de projets en tous genres, les rencontres que l’on peut faire dans ces espaces sont souvent déterminantes : échanges de contact et de compétences, coup de pouce dans l’avancée d’un projet, networking… On comprend que ces espaces aient été multipliés par 3 en cinq ans !

Source: Le Progrès